ARCHIVÉ - Les Canadiens ne devraient pas payer l’essence plus cher cet été et les prix de l’essence devraient être comparables à ceux de l’été 2012

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Pour diffusion immédiate
Le 23 mai 2013

Les Canadiens ne devraient pas payer l’essence plus cher cet été et les prix de l’essence devraient être comparables à ceux de l’été 2012

CALGARY - Les Canadiens peuvent s’attendre à payer sensiblement le même prix que l’été dernier pour l’essence. Par contre, le prix du gaz naturel pourrait augmenter, ainsi que ceux de l’électricité, selon les régions, a indiqué l’Office national de l’énergie (l’Office) dans ses plus récentes perspectives énergétiques pour l’été.

Cet été, l’Office prévoit que le prix du pétrole West Texas Intermediate s’établira, en moyenne, entre 90 $US et 100 $US le baril et celui du Brent (pétrole de référence provenant de la mer du Nord), entre 100 $US et 110 $US le baril, en moyenne. Le prix moyen de l’essence ordinaire au Canada devrait osciller entre 1,20 $ et 1,30 $ le litre au cours de l’été, ce qui est comparable au prix moyen de 1,27 $ le litre observé à l’été 2012.

Les stocks abondants de pétrole brut et de produits pétroliers commerciaux aux États-Unis, au Japon et en Europe et l’accroissement de la production dans les pays non membres de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) ainsi que la croissance anémique de l’économie mondiale devraient contribuer à stabiliser les marchés du pétrole brut de mai à septembre. Il demeure que les tensions géopolitiques constantes, en particulier au Proche-Orient et en Afrique du Nord, pourraient modifier le portrait de l’approvisionnement et exercer des pressions à la hausse sur les prix du pétrole brut.

En ce qui concerne l’électricité, toutes les provinces devraient bénéficier d’un approvisionnement suffisant au cours de l’été prochain. En Ontario, on prévoit que les prix de gros en périodes de pointe se maintiendront dans une fourchette de 35 $ à 45 $ le mégawattheure (MWh), ce qui est légèrement supérieur au prix moyen le plus bas des cinq dernières années de 29 $/MWh observé au cours de l’été 2012. Pour ce qui est de l’Alberta, on s’attend à ce que les prix soient plus élevés cet été, entre 95 $ et 105 $/MWh, en moyenne. L’été dernier, le prix moyen avait été de 86 $ MWh. En Saskatchewan, au Manitoba, au Québec, en Nouvelle-Écosse et à Terre-Neuve, où des hausses des tarifs d’électricité sont entrées en vigueur plus tôt cette année, on ne prévoit pas de prix plus élevés durant la période de prévisions.

Il faut s’attendre à une hausse des prix du gaz naturel par rapport à l’été 2012 qui devraient s’établir, en moyenne, entre 3,25 $ et 3,75 $ le gigajoule sur le marché intérieur de l’Alberta et entre 4,00 $US et 4,50 $US par million d’unités thermiques britanniques au carrefour Henry. Cette augmentation prévue par rapport aux bas prix de l’été 2012 tient à des stocks qui se situaient dans la moyenne au début de la saison d’injection (avril) et à une plus faible croissance de la production de gaz naturel. En dépit de cette hausse, les prix du gaz naturel, cet été, devraient demeurer sous les récentes moyennes estivales historiques.

Le remplacement du charbon par le gaz dans la production d’électricité aux États-Unis cet été devrait être moins rapide qu’à l’été 2012. Malgré des prévisions de températures estivales plus élevées que la moyenne, la possibilité d’une hausse des prix du gaz naturel pourrait influer sur les facteurs économiques entourant l’utilisation du charbon ou du gaz pour produire de l’électricité.

La production moyenne de gaz naturel au Canada et aux États-Unis s’est établie à 79,9 milliards de pieds cubes (Gpi³) par jour en 2012. Elle devrait se maintenir à ce niveau au cours des six prochains mois, malgré le ralentissement observé dans les activités de forage. On prévoit des importations de gaz naturel liquéfié modestes en Amérique du Nord durant la période à l’étude, soit 0,5 Gpi³ par jour en moyenne. À l’arrivée de l’été, on prévoit que les stocks de gaz naturel combinés du Canada et des États-Unis seront inférieurs aux niveaux records de l’année dernière, mais dans la moyenne de cinq ans.

L’Office national de l’énergie est un organisme fédéral indépendant qui réglemente plusieurs aspects du secteur énergétique au Canada en mettant la sécurité des Canadiens et la protection de l’environnement au cœur de ses priorités. Sa raison d’être consiste à réglementer, dans l’intérêt public canadien, les pipelines, la mise en valeur des ressources énergétiques et le commerce de l’énergie. Pour un complément d’information sur l'Office et son mandat, consultez le site www.one-neb.gc.ca.

- 30 -

Renseignements :

Brianne Rohovie
Agente des communications

Office national de l'énergie
Téléphone : 403-292-4800
Téléphone (sans frais) : 1-800-899-1265
Télécopieur : 403-292-5503
Télécopieur (sans frais) : 1-877-288-8803
TTY (téléimprimeur) : 1-800-632-1663

Document pertinent :

Perspectives énergétiques de l’Office national de l’énergie pour l’été 2013 - Fiche de renseignements - Mai 2013

Date de modification :