Écouter la population et bâtir de meilleures relations avec les Canadiens

Le 8 août, l’Office national de l’énergie tiendra sa première séance d’audience publique sur le projet de pipeline Énergie Est à Saint John, au Nouveau-Brunswick. Il faudra environ 21 mois pour tenir l’audience au complet, qui sera la plus novatrice de l’histoire de l’Office.

L’audience constitue un point de repère pour l’Office, car elle signale un changement important dans notre façon de travailler dans la salle d’audience. Elle coïncide aussi avec une période de changement dans le travail que nous accomplissons à l’extérieur de la salle d’audience – notre façon d’écouter les Canadiens et d’aborder avec eux des sujets allant de la sûreté des pipelines à la protection de l’environnement.

Le travail de l’Office national de l’énergie du Canada consiste à garantir que les oléoducs et gazoducs de ressort fédéral sont exploités de façon sécuritaire, que les audiences sur les projets pipeliniers sont équitables, et que l’aménagement d’infrastructures énergétiques est effectué de manière responsable et dans l’intérêt du public.

Au cours des deux dernières années, l’Office a fait appel aux idées des Canadiens pour mieux faire son travail et mener ses audiences. Ce processus a été enclenché parce que l’Office a bien compris que les Canadiens croyaient qu’il devait changer son mode de fonctionnement. Des dirigeants de l’Office ont parcouru le pays; ils ont rencontré des Canadiens dans leurs collectivités et leur ont demandé ce qu’ils pensaient de notre organisation, puis un rapport a été rédigé sur ce qu’ils ont appris.

La conclusion à laquelle ils sont arrivés ne visait pas seulement le processus ou la salle d’audience, mais aussi l’écoute de la population et l’établissement de meilleures relations avec les Canadiens. Nous avons compris que les Canadiens veulent être mieux informés et mis à contribution en ce qui concerne l’Office et les plans relatifs à l’exploitation pipelinière, particulièrement à l’échelle régionale.

Le rapport s’inscrivait dans une réflexion plus vaste sur la modernisation de l’Office en tant qu’organisme de réglementation de l’énergie du XXIe siècle. Nous nous sommes penchés notamment sur les questions suivantes : comment l’Office peut mieux garantir la sûreté des pipelines; comment peut-il fonctionner dans le cadre législatif actuel; quel est le meilleur moyen de mobiliser les Canadiens à l’intérieur et à l’extérieur des audiences sur les projets pipeliniers.

Nous avons réfléchi longuement à ce que nous pourrions faire pour améliorer considérablement notre processus d’audience, en particulier pour Énergie Est, et le résultat est ce que nous croyons être l’audience la plus novatrice de l’histoire de l’Office.

Les séances du comité d’audience de l’Office sur Énergie Est sont uniques pour plusieurs raisons. Pour la première fois, l’Office a sondé les participants pour obtenir des conseils sur la tenue de l’audience. Grâce à cette rétroaction, les intervenants pourront se présenter jusqu’à trois fois devant le comité d’audience.

L’audience sera également novatrice en ce sens qu’elle donnera aux membres du public la chance d’exprimer leurs vues sur le pipeline, et aux intervenants, l’occasion de poser des questions oralement sur le projet pipelinier.

Outre les séances tenues par le comité d’audience, plusieurs autres membres se déplaceront le long du tracé du pipeline pour prendre le pouls du public et écouter ce qu’il a à dire. L’information ainsi recueillie sera incluse dans un rapport à déposer dans le dossier de la preuve constitué pendant l’audience.

Autre caractéristique unique du processus d’examen : le gouvernement du Canada évaluera les émissions de gaz à effet de serre en amont pour le projet.

L’audience comportera également la présentation de preuve traditionnelle orale par des participants autochtones lors des séances que tiendra le comité d’audience. Cette information constitue une composante importante de la preuve qui sera examinée par l’Office pour décider s’il recommandera ou non l’approbation du projet.

Les Canadiens peuvent aussi compter sur l’Office pour passer à la vitesse supérieure et s’engager davantage auprès des parties prenantes d’un océan à l’autre, tout au long du cycle de vie des projets pipeliniers. Pourquoi? Premièrement, c’est ce qu’il faut faire. Deuxièmement, les Canadiens veulent être mis à contribution dans le travail de l’Office. Troisièmement, l’approche d’engagement auprès du public de l’Office s’inspire des pratiques exemplaires d’organismes internationaux de premier rang, tels que l’Organisation de coopération et de développement économiques et la Banque mondiale, parce que le travail qu’il accomplit à cet égard doit être plus systématique et axé sur les résultats.

Les progrès réalisés en matière d’engagement n’auraient pas été possibles sans la contribution de centaines de Canadiens qui nous ont donné leurs commentaires, positifs et négatifs, sur l’Office. Votre opinion nous a été inestimable, et l’Office national de l’énergie vous en remercie.

Date de modification :