Profils énergétiques des provinces et territoires – Alberta

Table des matières
  • Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Source et description :

    Source :
    Office (pétrole brut, gaz naturel)

    Description :
    Ce graphique illustre la production d’hydrocarbures en Alberta de 2006 à 2016. Au cours de cette période, la production de pétrole brut a augmenté, passant de 1,8 Mb/j à 3,1 Mb/j, la totalité de la hausse provenant de l’exploitation des sables bitumineux. La production de gaz naturel a diminué, passant de 13,4 Gpi3/j à 10,1 Gpi3/j.

  • Figure 2 :Production d’électricité par type de combustible (2016)

    Figure 2 :Production d’électricité par type de combustible (2016)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire illustre la production d’électricité en Alberta par méthode de production. En 2016, la production totale d’électricité s’est élevée à 82,3 TWh.

  • Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Source et description :

    Source :
    Office, Ressources naturelles Canada

    Description :
    Cette carte montre les installations de production d’électricité en Alberta. On y indique leur capacité et leur source du combustible primaire.

    Télécharger :
    Version PDF [1743 KB]

  • Figure 4 : Carte de l’infrastructure de pétrole brut

    Figure 4 : Carte de l’infrastructure de pétrole brut

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux oléoducs ainsi que les principales voies ferrées et raffineries en Alberta.

    Télécharger :
    Version PDF [623 KB]

  • Figure 5 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Figure 5 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux gazoducs en Alberta.

    Télécharger :
    Version PDF [720 KB]

  • Figure 6 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Figure 6 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire présente la demande d’énergie pour utilisation finale en Alberta par secteur. En 2015, la demande d’énergie pour utilisation finale a totalisé 3 630 PJ. Le secteur industriel venait au premier rang avec 73 % de la demande totale, suivi du secteur des transports (13 %) et des secteurs commercial (8 %) et résidentiel (6 %).

  • Figure 7 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Figure 7 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette figure illustre la demande pour utilisation finale par type de combustible en Alberta en 2015. Le gaz naturel était le combustible le plus utilisé avec 1 896 PJ (52 %) de la demande, suivi des produits pétroliers raffinés, avec 1 346 PJ (37 %), de l’électricité, à 280 PJ (8 %), des biocarburants, à 104 PJ (3 %) et des autres, à 4 PJ (moins de 1 %).

    Remarque : Les « autres » désignent charbon, coke et gaz de cokerie.

  • Figure 8 : Émissions de GES par secteur

    Figure 8 : Émissions de GES par secteur

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada - Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes empilées illustre les émissions de GES en Alberta par tranches de cinq ans, de 1990 à 2015 en Mt d’éq. CO2. Les émissions totales de GES ont augmenté en Alberta, passant de 175 Mt d’éq. CO2 en 1990 à 274 Mt d’éq. CO2 en 2015.

Production d’énergie

Pétrole brut

  • En 2016, l’Alberta a produit 3 182 milliers de barils par jour (kb/j) de pétrole brut (léger, lourd et condensat réunis) (figure 1). Elle est la principale province productrice de pétrole brut au Canada et compte pour près de 80 % de la production totale.
  • Près des deux tiers de la production de pétrole brut de l’Alberta proviennent des sables bitumineux du nord de la province. En 2016, l’Alberta a extrait 2 546 kb/j de bitume de ces sables. De cette quantité, 932 kb/j ont été valorisés en pétrole brut synthétique, que l’on utilise pour diluer le bitume brut aux fins de transport ou que l’on transforme en produits pétroliers raffinés.
  • On trouve six usines de valorisation en Alberta, soit celles de Syncrude, Suncor, CNRL Horizon et Nexen Long Lake, près de Fort McMurray, celle de Shell Scotford, à Edmonton, et celle de Husky à Lloydminster. Ensemble, ces usines ont une capacité d’environ 1 400 kb/j.
  • En 2016, la production albertaine de pétrole brut ne provenant pas des sables bitumineux consistait en 330 kb/j de classique léger, 115 kb/j de classique lourd et 191 kb/j de condensat.

Produits pétroliers raffinés

  • L’Alberta compte quatre raffineries : celles de l’Impériale [anglais seulement], de Suncor et de Shell [anglais seulement] à Edmonton, et celle de Husky [anglais seulement] à Lloydminster. Leur capacité totale combinée est de 474 kb/j (soit 24 % de la capacité totale de raffinage du Canada), ce qui place l’Alberta au premier rang au pays à ce chapitre.
  • Les raffineries de l’Alberta ne transforment que du pétrole brut de l’Ouest canadien, dont une grande proportion de bitume et de pétrole brut synthétique mélangés. 
  • Les produits pétroliers raffinés sont transportés partout en Alberta par camion, par train et par l’entremise de l’oléoduc Alberta Products Pipeline [anglais seulement]. Cet oléoduc achemine en moyenne 48 kb/j de produits pétroliers raffinés et relie les raffineries d’Edmonton aux marchés du sud de l’Alberta.

Gaz naturel et liquides de gaz naturel (LGN)

  • En 2016, on a produit, en moyenne, 10,2 milliards de pieds cubes par jour (Gpi3/j) de gaz naturel en Alberta (figure 1), soit plus de 67 % de la production canadienne totale cette année-là.
  • L’Office national de l’énergie a estimé les ressources commercialisables de gaz naturel de l’Alberta à quelque 403 mille milliards de pieds cubes (Tpi3), dont 237 Tpi3 restants, après soustraction de la production à la fin de l’année 2015.
  • En 2016, la production des champs de LGN en Alberta s’est élevée à 641 kb/j et représentait environ 89 % de la production canadienne totale. Les raffineries de la province produisent aussi du propane et du butane en petites quantités.
  • Une partie des LGN est fractionnée pour en séparer les composants (éthane, propane, butane et condensat) dans des usines de champ gazier ou des colonnes de fractionnement en Alberta.

Électricité et ressources renouvelables

  • En 2016, l’Alberta a produit 82,3 térawattheures (TWh) d’électricité (figure 2), ce qui correspond approximativement à 13 % de la production totale d’électricité au Canada. L’Alberta vient au troisième rang au pays à ce chapitre, avec une capacité de production de 16 602 mégawatts (MW).
  • Cinq grandes sociétés privées de services publics [anglais seulement] se disputent le marché de gros de l’électricité de l’Alberta : TransCanada, TransAlta, ATCO, ENMAX et Capital Power.
  • Environ 87 % de l’électricité en Alberta est produite à partir de combustibles fossiles, soit environ 47 % au moyen de charbon et 40 % avec du gaz naturel. La tranche restante de 13 % provient de ressources renouvelables, comme l’énergie éolienne, l’hydroélectricité et la biomasse (figure 3).
  • Avec sa capacité totale de 6 287 MW, l’Alberta dispose du plus grand parc charbonnier au Canada. La production d’électricité dans les centrales au charbon est appelée à diminuer progressivement et à s’arrêter d’ici 2030 dans le cadre du Climate Leadership Plan [anglais seulement] (plan de leadership climatique) de l’Alberta.
  • La centrale Shepard Energy Centre [anglais seulement]  située à l’est de Calgary, a une capacité de 860 MW. Il s’agit de la plus grande centrale électrique au gaz naturel de l’Alberta.
  • Quant au parc éolien albertain, sa capacité totalise 1 467 MW. Il est surtout concentré dans le sud de l’Alberta, près de Pincher Creek.

Transport et commerce de l’énergie

Pétrole brut et liquides

  • L’Alberta dispose d’un vaste réseau de pipelines de pétrole brut et de condensat qui collecte le pétrole brut dans les zones de production et l’achemine aux carrefours pipeliniers de Hardisty et d’Edmonton (figure 4). L’Alberta collecte aussi le pétrole brut produit à Norman Wells (Territoires du Nord-Ouest) par l’intermédiaire de l’oléoduc Norman Wells d’Enbridge.
  • La plus grande partie de la production de pétrole brut de l’Alberta est exportée aux États-Unis ou acheminé vers d’autres provinces. Le réseau principal d’Enbridge, le pipeline Keystone de TransCanada, le pipeline Trans Mountain de Kinder Morgan et le  pipeline Express d’Enbridge sont les principales canalisations qui assurent l’exportation du pétrole brut albertain.. D’autres pipelines de moindre envergure, comme les réseaux Milk River et Aurora-Rangeland Plains Midstream, rallient aussi les États-Unis. 
  • L’Alberta compte deux grands pipelines servant à l’importation de condensat : Southern Lights d’Enbridge et Cochin de Kinder Morgan. Ces pipelines acheminent du condensat des États-Unis jusqu’aux centres de distribution d’Edmonton et de Fort Saskatchewan, d’où il est transporté par pipeline, par train et par camion vers les sites d’exploitation de pétrole lourd et de sables bitumineux.
  • L’Alberta vient au premier rang au Canada pour la fourniture de produits pétroliers raffinés, comme l’essence automobile et le diesel, aux marchés des provinces voisines. L’acheminement de ces produits vers la Colombie-Britannique s’effectue en grande partie par le pipeline Trans Mountain; pour ce qui est de la Saskatchewan et du Manitoba, elles sont surtout alimentées par le réseau principal d’Enbridge.
  • L’Alberta compte 23 installations ferroviaires de chargement de pétrole brut ayant une capacité totale de 680 kb/j. En 2016, une proportion d’environ 3 % de la production de pétrole brut de l’Alberta a été transportée par train.

Gaz naturel

  • Beaucoup de pipelines transportent le gaz naturel de l’Alberta vers d’autres provinces et les États Unis. Les principaux réseaux de gazoducs sont ceux de Nova Gas Transmission Ltd. (NGTL), de Foothills et d’Alliance ainsi que le réseau principal de TransCanada (figure 5).
  • Le réseau de NGTL comporte plus de 25 000 km de canalisations et d’installations et s’étend à la plupart des régions de l’Alberta. Il compte au-delà de 1 000 points de réception et plus de 300 points de livraison importants; il est également raccordé à neuf installations de stockage souterraines dans la province.
  • Le réseau de NGTL se raccorde au réseau de Westcoast de Spectra, à la frontière britanno-colombienne et albertaine, au réseau Foothills en Alberta ainsi qu’au réseau principal de TransCanada, à la frontière de l’Alberta et de la Saskatchewan.
  • Le réseau principal de TransCanada s’étend sur plus de 14 000 km et assure le transport du gaz depuis le réseau de NGTL jusqu’aux marchés canadiens et américains à l’est de l’Alberta. Il prend fin à la frontière du Québec et de l’Ontario, où il rejoint le réseau de Gazoduc Trans Québec et Maritimes.
  • Le réseau Foothills est relié au réseau de NGTL à son extrémité sud et est constitué de plusieurs tronçons : Foothills BC, Foothills SK et Foothills Alberta. Le gazoduc Foothills BC exporte du gaz naturel vers les États américains du nord-ouest sur le Pacifique depuis le point d’exportation Kingsgate, en Colombie-Britannique. Quant au gazoduc Foothills SK, il exporte du gaz naturel vers le Midwest américain à partir du point d’exportation de Monchy (Saskatchewan). Foothills Alberta est exploité en parallèle avec le réseau de NGTL.
  • Le gazoduc Alliance part du Nord-Est de la Colombie-Britannique, traverse l’Alberta, puis rejoint les États-Unis à Alameda, en Saskatchewan. Il transporte du gaz naturel riche en liquides de la Colombie-Britannique et de l’Alberta, qu’il achemine à l’usine de traitement et de fractionnement Aux Sable [anglais seulement] près de Chicago, en Illinois. 
  • Le réseau pipelinier de NGTL alimente le carrefour d’échanges gaziers NOVA (NIT), plus grand carrefour de gaz naturel liquide en Amérique du Nord. C’est à cet endroit qu’est établi les prix de référence canadiens pour le gaz naturel (aussi connu sous le nom de prix du marché intérieur de l’Alberta).
  • ATCO Gas [anglais seulement], une division d’ATCO Gas & Pipelines Ltd., est le plus gros distributeur de gaz naturel en Alberta; elle dessert plus de 1,1 million de clients établis dans près de 300 collectivités. AltaGas Utilities Inc. [anglais seulement]  distribue du gaz naturel à plus de 78 000 clients résidentiels, ruraux et commerciaux, dans plus de 90 collectivités du nord de l’Alberta. ATCO et AltaGas sont toutes deux assujetties à la réglementation de l’Alberta Utilities Commission [anglais seulement] (AUC).
  • Les projets provinciaux d’exploitation du gaz naturel et de gazoducs relèvent aussi de l’Alberta Energy Regulator [anglais seulement] et de l’AUC.
  • Généralement, les LGN sont transportés à l’extérieur de l’Alberta par train, ou sous forme de LGN mélangés par le réseau principal d’Enbridge vers Sarnia (Ontario) et dans le Midwest américain.

Gaz naturel liquéfié (GNL)

  • Encana exploite l’usine de GNL Cavalier de taille modeste, située près de Strathmore. En activité depuis 2013, elle fournit plus de 5 000 gallons de GNL quotidiennement au secteur des transports, y compris ferroviaire.
  • Ferus exploite une modeste usine de GNL à Elmworth, près de Grande Prairie. Cette installation est en activité depuis 2014 et approvisionne le secteur des transports. Elle a une capacité de production de 50 000 gallons par jour.
  • Deux autres usines de GNL de petite taille sont proposées en Alberta, toutes deux dans la région d’Edmonton.

Électricité

  • En 2016, les importations nettes d’électricité de l’Alberta ont totalisé 0,4 TWh. Les partenaires commerciaux de l’Alberta sont la Colombie-Britannique, la Saskatchewan et le Montana.
  • L’Alberta exploite environ 26 000 km de lignes de transport d’électricité et quelque 215 000 km de lignes de distribution.

Consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre (GES)

Consommation totale d’énergie

  • En 2015, la demande pour utilisation finale en Alberta a totalisé 3 630 pétajoules (PJ). Le secteur industriel vient au premier rang pour la demande d’énergie, avec 73 % de la demande totale, suivi des transports, à 13 %, du secteur commercial, à 8 %, et du secteur résidentiel, à 6 % (figure 6). L’Alberta arrive au premier rang au Canada pour la demande totale d’énergie et pour la consommation par habitant.
  • Le gaz naturel est le principal type de combustible utilisé, avec une consommation de 1 896 PJ, ou 52 % de la demande totale. Suivent les produits pétroliers raffinés et l’électricité, avec 1 346 PJ (37 %) et 280 PJ (8 %), respectivement (figure 7).

Produits pétroliers raffinés

  • L’Alberta affiche un surplus net de produits pétroliers raffinés, et presque toute l’essence consommée en Alberta est produite dans cette province.
  • L’Alberta constitue le troisième marché en importance pour les produits pétroliers raffinés au Canada, après l’Ontario et le Québec. En 2016, la demande albertaine totale de produits pétroliers raffinés s’est élevée à 303 kb/j, soit 20 % de la demande pour l’ensemble du Canada. De ce volume, on estime que 117 kb/j étaient pour l’essence automobile et 99 kb/j pour le diesel.

Gaz naturel

  • En 2016, la consommation de gaz naturel de l’Alberta a totalisé, en moyenne, 3,93 milliards de pieds cubes par jour (Gpi3/j), soit 48 % de la demande canadienne totale pour l’année.
  • En 2016, le plus grand consommateur de gaz naturel en Alberta a été le secteur industriel, avec une consommation de 3,30 Gpi3/j. La consommation des secteurs résidentiel et commercial s’est quant à elle chiffrée 0,34 Gpi3/j et 0,28 Gpi3/j, respectivement.

Électricité

  • En 2015, la consommation d’électricité par habitant en Alberta s’est établie à 19,8 mégawattheures (MWh). La province arrive au deuxième rang au Canada pour la consommation d’électricité par habitant, qui surpasse de 36 % la moyenne nationale.
  • En Alberta, c’est le secteur industriel qui a enregistré la plus forte consommation d’électricité en 2015, avec 52,1 TWh. Viennent ensuite les secteurs commercial et résidentiel, à 15,1 TWh et 9,9 TWh, respectivement. La demande d’électricité de l’Alberta a augmenté de 19 % depuis 2005.

Émissions de GES

  • En 2015, les émissions de GES de l’Alberta ont totalisé 274,1 mégatonnes (Mt) d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2), en hausse de 56 % depuis 1990.Note de bas de page 1
  • Les émissions par habitant en Alberta arrivent au deuxième rang au Canada, à 65,6 tonnes d’éq. CO2, soit plus de trois fois la moyenne nationale de 20,1 tonnes par habitant.
  • Les secteurs qui émettent le plus de GES en Alberta sont la production pétrolière et gazière, avec 48 % des émissions, la production d’électricité, avec 17 %, et les transports, avec 12 % (figure 8).
  • En 2015, les émissions de GES du secteur pétrolier et gazier de l’Alberta ont totalisé 132,3 Mt d’éq. CO2. De ce total, 126,8 Mt étaient attribuables à la production, à la transformation et au transport, et 3,4 Mt découlaient du raffinage du pétrole et de la distribution du gaz naturel.
  • Le secteur de la production d’électricité de l’Alberta dégage plus d’émissions de GES que dans toute autre province, en raison de sa taille et du fait la province produit de l’énergie à partir de charbon. En 2015, le secteur de l’énergie de la province a émis 46,1 Mt d’éq. CO2, soit 57 % du total des émissions canadiennes de GES provenant de la production d’électricité.

Complément d’information

 

Date de modification :