Profils énergétiques des provinces et territoires – Nouvelle-Écosse

Table des matières
  • Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Figure 1 : Production d’hydrocarbures

    Source et description :

    Source :
    Office (pétrole brut, gaz naturel)

    Description :
    Ce graphique illustre la production d’hydrocarbures en Nouvelle-Écosse de 2006 à 2016. Au cours de cette période, la production de pétrole brut a diminué, passant de 12 kb/j à 2,3 kb/j. La production de gaz naturel a diminué durant cette période, passant de 349 Mpi3/j à 168 Mpi3/j.

  • Figure 2 : Production d’électricité par type de combustible (2016)

    Figure 2 : Production d’électricité par type de combustible (2016)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire illustre la production d’électricité en Nouvelle-Écosse par méthode de production. En 2016, la production totale d’électricité s’est élevée à 9,7 TWh.

  • Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Figure 3 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Source et description :

    Source :
    Office, Ressources naturelles Canada

    Description :
    Cette carte montre les installations de production d’électricité en Nouvelle-Écosse. On y indique leur capacité et leur source du combustible primaire.

    Télécharger :
    Version PDF [1113 KB]

  • Figure 4 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Figure 4 : Carte de l’infrastructure de gaz naturel

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette carte montre tous les principaux gazoducs ainsi que les plates-formes de forage gazier en mer et le terminal méthanier Canaport dans les Maritimes.

    Télécharger :
    Version PDF [415 KB]

  • Figure 5 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Figure 5 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire présente la demande d’énergie pour utilisation finale en Nouvelle-Écosse par secteur. En 2015, la demande d’énergie pour utilisation finale a totalisé 170 PJ. Le secteur des transports venait au premier rang avec 39 % de la demande totale, suivi des secteurs résidentiel (26 %), industriel (21 %) et commercial (14 %).

  • Figure 6 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Figure 6 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette figure illustre la demande pour utilisation finale par type de combustible en Nouvelle-Écosse en 2015. Les produits pétroliers raffinés ont compté pour 102 PJ (60 %) de la demande, suivis de l’électricité, avec 36 PJ (21 %), du gaz naturel, à 16 PJ (10 %), des biocarburants, à 14 PJ (8 %) et des autres, à 1 PJ (1 %).

    Remarque : Les « autres » désignent charbon, coke et gaz de cokerie.

  • Figure 7 : Émissions de GES par secteur

    Figure 7 : Émissions de GES par secteur

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada - Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes empilées illustre les émissions de GES en Nouvelle-Écosse par tranches de cinq ans, de 1990 à 2015 en Mt d’éq. CO2. Les émissions totales de GES ont diminué en Nouvelle-Écosse, passant de 20 Mt d’éq. CO2 en 1990 à 16 Mt d’éq. CO2 en 2015.

Production d’énergie

Pétrole brut

  • En 2016, la Nouvelle-Écosse a produit 2,6 milliers de barils par jour (kb/j) de condensat, un pétrole brut très léger, à l’usine de fractionnement Point Tupper (figure 1), ce qui représente 0,1 % de la production canadienne totale de pétrole brut.
  • Shell a effectué deux forages d’exploration au large des côtes de la Nouvelle-Écosse d’octobre 2015 à janvier 2017. Les résultats n’ont pas été concluants, et les forages ont été abandonnés.

Produits pétroliers raffinés

  • La Nouvelle-Écosse n’a plus de raffinerie depuis la fermeture de celle de l’Impériale à Dartmouth en 2013, qui a été convertie en terminal pour produits pétroliers.
  • Le terminal NuStar à Point Tupper figure parmi les plus grandes installations de stockage et de mélange de produits pétroliers raffinés du Canada atlantique. Ce terminal dessert les marchés de cette région et ceux de la côte Est des États-Unis.

Gaz naturel et liquides de gaz naturel (LGN)

  • En 2016, on a produit, en moyenne, 170 millions de pieds cubes par jour (Mpi3/j) de gaz naturel en Nouvelle-Écosse (figure 1), soit un peu plus de 1 % de la production canadienne totale.
  • En Nouvelle-Écosse, le gaz naturel est produit au large des côtes au projet énergétique extracôtier de l’île de Sable [anglais seulement] d’Exxon Mobil et au projet Deep Panuke [anglais seulement] d’Encana. Entreprise en 1999, la production du projet de l’île de Sable décline depuis ce temps. Le projet de Deep Panuke a été mis en service en 2013, mais sa production est désormais saisonnière. La production extracôtière de la Nouvelle-Écosse est réglementée par l’Office Canada – Nouvelle-Écosse des hydrocarbures extracôtiers [anglais seulement].
  • Depuis 2012, un moratoire sur la fracturation hydraulique est en vigueur en Nouvelle-Écosse.
  • En 2016, la production de LGN de la Nouvelle-Écosse a totalisé 3,9 milliers de barils par jour (kb/j), soit moins de 1 % de la production canadienne totale. Toute la production de LGN provient du gaz extrait à l’île de Sable, qui est traité à l’usine à gaz de Goldboro. Les LGN sont ensuite acheminés par pipeline jusqu’à l’usine de Point Tupper, où ils sont fractionnés pour en extraire du propane, du butane et du condensat.

Électricité et ressources renouvelables

  • En 2016, la Nouvelle-Écosse a produit 9,7 térawattheures (TWh) d’électricité (figure 2), ce qui correspond approximativement à 1 % de la production totale d’électricité au Canada. La capacité de production de la province s’élève à 2 987 mégawatts (MW).
  • La principale ressource utilisée en Nouvelle-Écosse pour la production d’électricité est le charbon, mais une partie est produite à partir de pétrole, de gaz naturel, d’énergie hydraulique, d’énergie éolienne et de biomasse (Figure 3). La production d’électricité provenant de ressources renouvelables a augmenté, passant de 16 % en 2005 à 22 % en 2015.
  • La centrale marémotrice d’Annapolis [anglais seulement] est actuellement la seule centrale du genre en Amérique du Nord. Construite en 1984, elle a une capacité de production de 20 MW. Par ailleurs, Cape Sharp Tidal [anglais seulement] se prépare à mettre en service le projet du chenal Minas de 4 MW, qui comprend deux turbines marémotrices en cours d’eau de cinq étages de 2 MW chacune. Des installations sont aussi envisagées par Minas Energy (4 MW), Black Rock Tidal Power [anglais seulement] (5 MW), DP Energy (4,5 MW) et Atlantis Operations Canada (4,5 MW).
  • Nova Scotia Power [anglais seulement], filiale d’Emera, produit la majeure partie de l’électricité en Nouvelle Écosse. Elle s’occupe également de la distribution de cette électricité. Les installations éoliennes et de transformation de la biomasse sont, pour l’essentiel, exploitées par des producteurs indépendants.

Transport et commerce de l’énergie

Pétrole brut et liquides

Gaz naturel

  • La production de gaz naturel au large des côtes de la Nouvelle-Écosse est transportée par Maritimes & Northeast Pipeline (M&NP), dont le pipeline parcourt la Nouvelle-Écosse jusqu’à la frontière canado-américaine près de St. Stephen, au Nouveau-Brunswick, où le gaz est exporté vers le marché du Nord-Est des États Unis (figure 4).
  • Ce pipeline permet également d’importer du gaz de cette partie des États-Unis durant les périodes de pointe. Par le passé, les exportations excédaient les importations, mais cette situation a changé au cours des dernières années avec l’épuisement de la ressource.
  • Nova Scotia Power [anglais seulement] contrôle plus de 95 % des activités de production, de transport et de distribution de la province, et dessert plus de 500 000 clients résidentiels, commerciaux et industriels. Nova Scotia Power est réglementée par la Commission des services publics et d’examen de la Nouvelle-Écosse [anglais seulement] (CSPENS).

Gaz naturel liquéfié (GNL)

  • Trois grands projets d’importation et d’exportation de GNL en Nouvelle-Écosse ont reçu l’aval des autorités provinciales et de l’Office national de l’énergie, soit ceux de Bear Head LNG Corp., d’A C LNG et de Pieridae Energy Ltd.
  • À ce jour, aucun projet n’est parvenu à l’étape de la construction. Toutes les installations d’exportation de GNL seraient assujetties à la réglementation de la CSPENS. 

Électricité

  • La Nouvelle-Écosse importe une petite quantité d’électricité du Nouveau-Brunswick. En 2016, ses importations nettes ont représenté 4 % de sa consommation totale
  • La Nouvelle-Écosse exploite environ 32 000 kilomètres de lignes de transport et de distribution d’électricité. De plus, le projet de lien maritime [anglais seulement], en construction, vise à raccorder le réseau électrique de la Nouvelle-Écosse à la centrale hydroélectrique Muskrat Falls en construction au Labrador. Une fois terminé, avant la fin de 2017, il remplacera la production thermique de la Nouvelle-Écosse par de l’hydroélectricité achetée de Terre-Neuve-et-Labrador.

Consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre (GES)

Consommation totale d’énergie

  • En 2015, la demande pour utilisation finale en Nouvelle-Écosse a totalisé 170 pétajoules (PJ). Le secteur des transports vient au premier rang pour la demande d’énergie, avec 39 % de la demande totale, suivi des secteurs résidentiel (26 %), industriel (21 %) et commercial (14 %) (figure 5). La Nouvelle-Écosse arrive au huitième rang au Canada pour la demande totale d’énergie et au onzième rang pour la consommation par habitant.
  • Les produits pétroliers raffinés, y compris l’essence et le fuel-oil domestique, sont les combustibles les plus utilisés en Nouvelle-Écosse, avec une consommation de 102 PJ ou 60 % de la demande totale. Suivent l’électricité et le gaz naturel avec 36 PJ (21 %) et 16 PJ (10 %), respectivement (figure 6).

Produits pétroliers raffinés

  • L’essence utilisée en Nouvelle-Écosse est principalement importée de raffineries situées sur la côte Est des États-Unis et en Europe. Environ le tiers de l’essence consommée en Nouvelle-Écosse est produite au Nouveau-Brunswick.
  • En 2016, la demande totale de produits pétroliers raffinés en Nouvelle-Écosse a été estimée à 4 kb/j, soit 3 % de la demande pour l’ensemble du Canada. De ce volume, on estime que 23 kb/j étaient pour l’essence automobile et 11 kb/j pour le diesel.
  • Depuis 2009, les prix des produits pétroliers raffinés en Nouvelle-Écosse sont réglementés par la CSPENS. Auparavant, ils étaient fixés par le ministre de Services Nouvelle-Écosse. La CSPENS établit les prix de gros, les marges bénéficiaires minimales et maximales ainsi que les prix de détail maximaux, notamment pour l’essence.

Gaz naturel

  • En 2016, la consommation de gaz naturel de la Nouvelle-Écosse a totalisé, en moyenne, 60 Mpi3/j, soit 1 % de la demande canadienne totale.
  • En 2016, le plus grand consommateur de gaz naturel en Nouvelle-Écosse a été le secteur industriel, avec une consommation de 46 Mpi3/j. La consommation des secteurs commercial et résidentiel s’est quant à elle chiffrée à 13 Mpi3/j et 1 Mpi3/j, respectivement.

Électricité

  • En 2015, la consommation d’électricité par habitant en Nouvelle-Écosse s’est établie à 10,6 mégawattheures (MWh). La province arrive au dixième rang au Canada pour la consommation d’électricité par habitant, qui se situe à 30 % sous la moyenne nationale.
  • En Nouvelle-Écosse, c’est le secteur résidentiel qui a enregistré la plus forte consommation d’électricité en 2015, avec 4,4 TWh. Viennent ensuite les secteurs commercial et résidentiel, à 3,3 TWh et 2,4 TWh, respectivement. La demande d’électricité de la Nouvelle-Écosse a diminué de 10 % depuis 2005.
  • En 2016, la Nouvelle-Écosse a produit 2 119 gigawattheures d’électricité à partir de sources renouvelables, soit environ 22 % de sa production totale. Pour respecter sa norme en matière d’énergie renouvelable, la Nouvelle-Écosse compte atteindre 40 % de sa production totale d’ici 2020.

Émissions de GES

  • En 2015, les émissions de GES de la Nouvelle-Écosse ont totalisé 16,2 mégatonnes (Mt) d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2), une baisse de 18 % depuis 1990.Note de bas de page 1
  • Les émissions par habitant en Nouvelle-Écosse se sont élevées à 17,2 tonnes d’éq. CO2, soit 14 % sous la moyenne nationale de 20,1 tonnes par habitant.
  • Les secteurs qui émettent le plus de GES en Nouvelle-Écosse sont la production d’électricité, avec 42 % des émissions, les transports, à 28 %, et les bâtiments (résidentiels et commerciaux), à 13 % (figure 7).
  • En 2015, les émissions de GES du secteur pétrolier et gazier de la Nouvelle-Écosse ont totalisé 0,6 Mt d’éq. CO2; elles provenaient surtout de la production de pétrole brut et du traitement du gaz naturel. 
  • En 2015, le secteur de l’énergie de la province a émis 6,7 Mt d’éq. CO2, soit 8,6 % du total des émissions canadiennes de GES provenant de la production d’électricité.

Complément d’information

 

Date de modification :