Profils énergétiques des provinces et territoires – Nunavut

Table des matières
  • Figure 1 : Production d’électricité par type de combustible (2016)

     Figure 1 : Production d’électricité par type de  combustible (2016)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire illustre la production d’électricité au Nunavut par méthode de production. En 2016, la production totale d’électricité s’est élevée à 0,2 TWh.

  • Figure 2 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Figure 2 : Carte de la capacité de production d’électricité et des sources de combustible primaire

    Source et description :

    Source :
    Office, Ressources naturelles Canada

    Description :
    Cette carte montre les installations de production d’électricité au Nunavut. On y indique leur capacité et leur source du combustible primaire.

    Télécharger :
    Version PDF [2004 KB]

  • Figure 3 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Figure 3 : Demande pour utilisation finale par secteur (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Ce diagramme circulaire présente la demande d’énergie pour utilisation finale au Nunavut par secteur. En 2015, la demande d’énergie pour utilisation finale a totalisé 5,0 PJ. Le secteur des transports venait au premier rang avec 51 % de la demande totale, suivi des secteurs industriel (33 %), résidentiel (10 %) et commercial (6 %).

  • Figure 4 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Figure 4 : Demande pour utilisation finale par combustible (2015)

    Source et description :

    Source :
    Office

    Description :
    Cette figure illustre la demande pour utilisation finale par type de combustible au Nunavut en 2015. Les produits pétroliers raffinés ont compté pour 4,3 PJ (86 %) de la demande, suivis de l’électricité, à 0,7 PJ (14 %).

  • Figure 5 : Émissions de GES par secteur

    Figure 5 : Émissions de GES par secteur

    Source et description :

    Source :
    Environnement et Changement climatique Canada – Rapport d'inventaire national

    Description :
    Ce graphique à colonnes empilées illustre les émissions de GES au Nunavut par tranches de cinq ans, de 2000 à 2015 en Mt d’éq. CO2. Les émissions totales de GES ont augmenté au Nunavut, passant de 0,38 Mt d’éq. CO2 en 2000 à 0,63 Mt d’éq. CO2 en 2015.

Production d’énergie

Pétrole brut

  • Le Nunavut ne produit pas de pétrole brut commercial.
  • De 1985 à 1996, environ 3,0 millions de barils de pétrole brut ont été produits au champ Bent Horn sur l’île Cameron. Le pétrole brut léger provenant de ce champ servait à alimenter des génératrices à baie Resolute et à la mine de zinc de Polaris.

Produits pétroliers raffinés

  • Il n’y a aucune raffinerie au Nunavut.

Gaz naturel et liquides de gaz naturel (LGN)

  • Le Nunavut ne produit actuellement ni gaz naturel ni LGN.
  • Les ressources gazières du Nunavut sont estimées à 181,4 mille milliards de pieds cubes.

Électricité et ressources renouvelables

  • En 2016, le Nunavut a produit environ 0,2 térawattheure (TWh) d’électricité (figure 1), ce qui correspond approximativement à 0,03 % de la production totale d’électricité au Canada. La capacité de production du Nunavut s’élève à 54 mégawatts (MW).
  • La Société d’énergie Qulliq, propriété du gouvernement du Nunavut, est responsable de la production, du transport et de la distribution de l’électricité dans le territoire. Elle exploite 26 centrales alimentées au diesel dans 25 collectivités qui ne sont pas reliées par des routes ou des lignes de transport d’électricité (figure 2).
  • Presque toute l’électricité du Nunavut est produite à partir de diesel importé durant l’été, puis entreposé pour être utilisé tout au long de l’année. Dans le cadre d’un projet pilote, des panneaux solaires ont été installés à la centrale de la Société d’énergie Qulliq, à Iqaluit. D’autres ont aussi été installés à l’aréna Jeux d’hiver de l’Arctique et au Collège de l’Arctique, tous deux situés à Iqaluit.
  • Nunavut est à l’étape de la planification initiale pour remplacer une partie de la production au diesel par du gaz naturel liquéfié et la transformation de la biomasse.

Transport et commerce de l’énergie

Pétrole brut et liquides

  • Il n’y a pas de pipelines de pétrole brut ni d’installations de transport ferroviaire de pétrole brut au Nunavut.

Gaz naturel

  • Il n’y a aucun gazoduc au Nunavut.

Gaz naturel liquéfié (GNL)

  • Il n’y a aucune installation de GNL de grande envergure existante ou proposée au Nunavut. 

Électricité

  • Il n’y a pas de réseaux électriques régionaux ou territoriaux au Nunavut. Toute l’électricité est produite dans les collectivités.
  • En raison des longues distances qui séparent le Nunavut des provinces ou territoires voisins, il n’y a pas de lignes de transport permettant les échanges d’électricité entre eux.
  • Une ligne de transport d’électricité vers le Manitoba a été proposée [anglais seulement], mais sa construction ne devrait pas commencer avant 2022.

Consommation d’énergie et émissions de gaz à effet de serre (GES)

Consommation totale d’énergie

  • En 2015, la demande pour utilisation finale au Nunavut a totalisé 5,0 pétajoules (PJ). Le secteur des transports vient au premier rang pour la demande d’énergie, avec 51 % de la demande totale, suivi des secteurs industriel (33 %), résidentiel (10 %) et commercial (6 %) (figure 3). Le Nunavut arrive à l’avant-dernier rang au Canada pour la plus faible demande totale d’énergie et pour la consommation par habitant.
  • Les produits pétroliers raffinés ont été le principal type de combustible utilisé au Nunavut en 2015, avec une consommation de 4,3 PJ, ou 86 % de la demande totale. L’électricité représente la tranche restante de 0,7 PJ (14 %) (figure 4).

Produits pétroliers raffinés

  • Les produits pétroliers raffinés, dont l’essence, le diesel et le carburéacteur, proviennent des provinces et territoires voisins; ils sont livrés par camion ou par petit navire. Ils sont acheminés sur tout le territoire durant l’été, quand les routes et les cours d’eau sont accessibles.
  • Le Nunavut constitue le plus petit marché au Canada pour les produits pétroliers raffinés. En 2016, sa demande totale s’est élevée à 1 000 barils par jour, soit moins de 0,1 % de la demande pour l’ensemble du Canada.
  • Une part importante de la demande en carburant diesel du Nunavut est destinée à la production d’électricité. En 2016, la quasi-totalité de la capacité de production électrique installée dépendant de ce combustible.
  • Le climat rigoureux du Nunavut, sa population éparse, ses petites collectivités et les longues distances le séparant des centres de raffinage font grimper les coûts de livraison des produits. La Division des produits pétroliers du gouvernement territorial est responsable de l’approvisionnement, de la distribution et de la livraison des produits combustibles. Pour ce faire, elle fait appel à des entreprises privées et à des sous-traitants.
  • Les prix de l’essence et du diesel (pour les véhicules et le chauffage) sont fixés par le gouvernement territorial et uniformisés par région.

Gaz naturel

  • Le Nunavut n’utilise pas de gaz naturel.

Électricité

  • En 2015, la consommation d’électricité par habitant au Nunavut s’est établie à 5,1 mégawattheures (MWh). Le Nunavut est l’endroit au Canada où la consommation d’électricité par habitant est la plus faible, et elle se situe 65 % sous la moyenne nationale.
  • Au Nunavut, c’est le secteur résidentiel qui a enregistré la plus forte consommation d’électricité en 2015, avec 0,13 TWh. Viennent ensuite les secteurs commercial et résidentiel, à 0,06 TWh et 0,04 TWh, respectivement. La demande d’électricité au Nunavut a augmenté de 21 % depuis 2005.
  • Le Nunavut affiche les prix de l’électricité les plus élevés au Canada, à 31,9 cents le kilowattheure (kWh); cela s’explique par la faible densité de la population et les grands besoins d’importation de combustibles.
  • Le Nunavut pourrait produire de l’électricité à partir de l’énergie solaire. Par exemple, le hameau de Chesterfield a le potentiel pour produire 1,2 MWh annuellement de cette façon. 

Émissions de GES

  • En 2015, les émissions de GES du Nunavut ont totalisé 626 milliers de tonnes d’équivalent en dioxyde de carbone (éq. CO2)Note de bas de page 1, en hausse de 62 % depuis 2000, première année complète après la création du Nunavut.
  • Les émissions par habitant au Nunavut se sont élevées à 17,2 tonnes d’éq. CO2, soit 14 % sous la moyenne nationale de 20,1 tonnes par habitant.
  • Le secteur qui émet le plus de GES au Nunavut est celui des transports, avec 71 % des émissions (figure 5).
  • Le Nunavut n’a aucune production pétrolière et gazière. Il n’a donc aucune émission de GES associée à ce secteur. 
  • Les données relatives aux émissions de GES du secteur de l’énergie du Nunavut ne sont pas disponibles pour 2015.

Complément d’information

 

Date de modification :