Aperçu du marché : Propane et butanes – Nouvelles tendances dans le commerce mondial

Date de diffusion : 2016-12-15

Les gaz de pétrole liquéfiés (les GPL) (c’est-à-dire le propane et les butanes) servent de combustibles pour les appareils, le chauffage domestique et les véhicules. Ils sont également une importante charge d’alimentation dans le contexte de la production de matières plastiques et d’essence.

Stimulés par une nouvelle offre abondante des États-Unis, une demande accrue de populations en voie d’urbanisation en Chine et en Inde ainsi que des politiques gouvernementales à grande échelle visant à favoriser le remplacement des combustibles dans ces pays et d’autres, les volumes des échanges mondiaux de GPL ont bondi de 36 % de 2010 à 2015.

Source et description

Source : IHS Global LPG Outlook

Description : Le graphique linéaire compare les volumes d’échange mondiaux de GPL par région ou pays. En 2009, les États-Unis sont devenus un exportateur net de GPL et en 2011, ils ont devancé le Canada au chapitre des exportations nettes totales de ce produit. Le Moyen-Orient demeure la première région exportatrice et ses volumes d’exportation ont augmenté de façon soutenue de 2006 à 2015.

En 2015, la Chine a éclipsé le Japon pour devenir le premier pays importateur de GPL; toutefois, l’Europe demeure au premier rang des régions. L’Asie du Sud et l’Amérique latine sont également d’importantes régions importatrices.

Le Moyen-Orient a toujours été la région exportatrice dominante de GPL. Cependant, l’essor du gaz de schiste aux États-Unis a entraîné une croissance rapide des exportations américaines de GPL outre-mer. Favorisées par une croissance concomitante des infrastructures d’exportation de GPL (essentiellement sur la côte américaine du golfe du Mexique), les exportations nettes de GPL des États-Unis sont passées de 6 077 milliers de tonnes métriques (64,4 milliers de barils par jour [kb/j]) en 2010 à 21 293 milliers de tonnes métriques (592,5 kb/j) en 2015. Les exportations canadiennes nettes de GPL avaient atteint 2 679 milliers de tonnes métriques (95,8 kb/j) en 2015, contre 2 470 milliers de tonnes métriques (87,4 kb/j) en 2014.

En outre, on observe de grands changements quant aux régions importatrices de GPL. L’Europe demeure la première importatrice; ses importations se sont appréciées de 25 % de 2010 à 2015. En 2015, la Chine est devenue, au détriment du Japon, le premier pays importateur de l’Asie. De 2010 à 2015, les importations de GPL de l’État chinois ont presque quadruplé; de 3 193 milliers de tonnes métriques, elles se sont hissées à 11 903 milliers de tonnes métriques (de 105,0 kb/j à 399,5 kb/j). Au cours de la même période, l’Asie du Sud a plus que doublé ses importations de GPL, qui sont passées de 3 885 à 9 401 milliers de tonnes métriques (de 120,9 à 292,3 kb/j). La flambée de la demande de GPL en Asie est principalement attribuable à l’urbanisation rapide et à la demande chinoise accrue pour ce produit comme charge d’alimentation par le secteur pétrochimique.

Les politiques gouvernementales encouragent aussi l’utilisation de GPL comme combustible pour le chauffage et la cuisine. Par exemple, dans le cadre de ses efforts visant à améliorer la qualité de l’air, le gouvernement indien a prévu des subventions et des programmes en vue de supplanter le kérosène et de réduire la combustion de biomasse, comme le bois, au profit des GPL. Beaucoup de pays de l’Amérique latine, dont le Mexique, ont depuis longtemps recours à des subventions et programmes gouvernementaux pour favoriser l’utilisation de certains combustibles résidentiels, notamment les gaz de pétrole liquéfiés.

 

Date de modification :