ARCHIVÉ – Aperçu des exportations et importations de pétrole en 2012

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

  2012 2011 2010 2009 2008
Volumes (10³m³/j)
ExportationsNote de bas de page 1 372,1 340,0 311,7 291,9 285,0
Moins importationsNote de bas de page 2 113,3 107,3 123,5 128,3 133,4
Exportations nettes 258,8 232,7 188,2 163,6 151,6
Prix moyen ($ CAN/m³)
ExportationsNote de bas de page 3 525,36 551,13 456,68 395,13 575,92
ImportationsNote de bas de page 4 701,45 692,76 515,77 442,71 652,44
Valeur (G$ CAN)
ExportationsNote de bas de page 5 71,4 68,4 52,0 42,1 59,9
ImportationsNote de bas de page 6 29,0 27,1 23,3 20,7 31,8
Revenu net 42,4 41,3 28,7 21,4 28,1

Sources : Office, EIA, taux de change de la Banque du Canada et Statistique Canada

  • Les exportations de pétrole brut ont progressé au cours des cinq dernières années. À l’inverse, les importations n’ont pas augmenté chaque année mais ont plutôt régressé depuis 2004, sauf pour un léger accroissement en 2012.
  • Le prix moyen à l’exportation en 2012 s’est établi à 525,36 $/mètre cube (m³), soit presque 5 % ou 25,77 $/m³ de moins que celui de 551,13 $/m³ enregistré en 2011.
  • Le prix moyen à l’importation en 2012 s’est élevé à 701,45 $/m³, une hausse d’environ 1,3 % comparativement à celui de 692,76 $/m³ en 2011.
  • Les recettes d’exportation de pétrole pour 2012 ont atteint 71,4 milliards de dollars, supérieures de 3,0 milliards de dollars, ou plus ou moins 4,4 %, par rapport à ce qu’elles étaient en 2011. À l’exception de 2009, alors que le prix moyen à l’exportation avait diminué de façon importante, ces recettes ont progressé chaque année depuis cinq ans. Le revenu net estimatif tiré du pétrole en 2012 se situe à 42,4 milliards de dollars.
  • La valeur des importations de pétrole en 2012 a totalisé quelque 29,0 milliards de dollars, soit une augmentation de 1,9 milliard de dollars, ou 7 %, comparativement à 2011.

Figure 1 : Volumes de pétrole exporté par le Canada, 2003-2012

Figure 1 : Volumes de pétrole exporté par le Canada, 2003-2012

Source : Office national de l’énergie

  • Les exportations de pétrole ont augmenté de plus de 9,4 % de 2011 à 2012, soit de 340 milliers de mètres cubes par jour (10³m³/j), ce qui équivaut à environ 2,1 millions de barils par jour (Mb/j), pour atteindre 372,1 10³m³/jour (environ 2,3 Mb/j).
  • En 2012, les exportations de pétrole ont poursuivi sur leur lancée, qui a débuté une dizaine d’années auparavant, alors qu’elles ont atteint 372,1 10³m³/j (environ 2,3 Mb/j), contre plus ou moins 243,6 10³m³/j (soit un peu plus de 1,5 Mb/j) en 2003, pour une augmentation de presque 52,8 %.

Figure 2 : Volumes de pétrole importé au Canada, 2003-2012

Figure 2 : Volumes de pétrole importé au Canada, 2003-2012

Sources : Données de l’EIA, Statistique Canada et Office national de l’énergie

  • Les importations de pétrole au Canada ont été plus élevées en 2012 qu’en 2011, atteignant 113,3 10³m3/j, ou autour de 713,8 milliers de barils par jour, ce qui représente une augmentation de 5,6 %.
  • Avec la poursuite de la mise en valeur des sables bitumineux, les importations de diluants et/ou de condensats (hydrocarbures légers) semblent avoir augmenté pour faciliter l’acheminement de produits plus lourds sur les réseaux pipeliniers.

Figure 3 : Volumes nets de pétrole exporté par le Canada, 2003-2012

Figure 3 : Volumes nets de pétrole exporté par le Canada, 2003-2012

Source : Office national de l’énergie

  • En 2012, les exportations nettes de pétrole ont totalisé 289 10³m³/j (approximativement 1,6 Mb/j), en progression de 11,2 % par rapport à 2011.
  • Sur cinq ans, le volume des exportations nettes de pétrole s’est accru d’environ 70,7 % depuis 2008.

Figure 4 : Volumes d’exportation selon la destination, 2003-2012

Figure 4 : Volumes d’exportation selon la destination, 2003-2012

Source : Office national de l’énergie

  • En 2012, les exportations de pétrole du Canada à destination de la côte Est des États-Unis (PADD I) ont légèrement diminué, soit d’environ 482 milliers de mètres cubes (10³m³) ou 3 millions de barils (Mb) par rapport à celles de 2011. Cette destination représentait 7 % des exportations de pétrole brut du Canada en 2012.
  • Le Midwest américain (PADD II) reste la plus importante destination pour les exportations de pétrole brut du Canada. En tout, 93,6 millions de mètres cubes (Mm³) (588,7 Mb) de pétrole brut ont été exportés du Canada vers cette destination, soit quelque 68,8 % du total des exportations, contre 67,3 % en 2011. Il s’agissait d’une augmentation de plus de 10,2 Mm³ (approximativement 64,2 Mb).
  • Les exportations à destination de la côte américaine du golfe du Mexique (PADD III) ont quelque peu augmenté comparativement à celles de 2011, et à juste au-dessus de la barre des 6,8 Mm³ (environ 42,8 Mb), elles représentent actuellement 5 % de toutes les exportations de pétrole brut du Canada.
  • La région des Rocheuses américaines (PADD IV) montre elle aussi une légère croissance des exportations de pétrole par rapport à 2011, totalisant plus de 13,3 Mm³ (environ 83,8 Mb) en 2012. Cette région compte actuellement pour 9,8 % de la part du marché des exportations de pétrole brut du Canada.
  • Pour ce qui est de la côte Ouest des États-Unis (PADD V), les exportations en 2012 ont augmenté de quelque 661 10³m³ (plus ou moins 4,2 Mb), ou 6,7 %, comparativement à ce qu’elles étaient en 2011. Cette destination représentait 7,7 % des exportations de pétrole brut du Canada en 2012.
  • Les exportations ailleurs qu’aux États-Unis en 2012 ont totalisé autour de 2,3 Mm³ (14,5 Mb), une hausse de quelque 24 % par rapport à 2011. Ce marché représentait en gros 1,7 % du total des exportations de pétrole brut du Canada en 2012.

Commentaires et perspectives

En 2012, le marché du pétrole a été caractérisé par l’évolution des modes de transport, le chemin de fer étant davantage utilisé pour les exportations de pétrole brut ainsi que pour les déplacements à l’intérieur des frontières du pays. De nouvelles avancées technologiques ont vu le jour dans le secteur pétrolier, comme le recours aux forages horizontaux pour améliorer les taux de récupération de la séparation gravitaire stimulée par injection de vapeur, de meilleures méthodes de forage et des innovations au chapitre de l’extraction à ciel ouvert, de la séparation et de la valorisation des sables bitumineux.

Au sein des pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), on juge que la demande de pétrole a atteint son point culminant et il semble que la croissance des investissements favorise désormais plutôt les pays hors OCDE.Note de bas de page 7 En Amérique du Nord, la demande est plus faible qu’elle ne l’était ces dernières années, la croissance provenant de pays hors OCDE comme la Chine et l’Inde.

Il faut savoir qu’en 2012, les prix moyens du pétrole brut ont atteint des sommets jusque-là inégalés, fort probablement le résultat de perturbations de la production au Soudan du Sud, au Yémen, en Syrie et dans la mer du Nord, qui ont eu un effet réducteur sur les approvisionnements mondiaux.Note de bas de page 8

Date de modification :