ARCHIVÉ - Gaz naturel liquéfié : perspective canadienne
- Questions et réponses

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Quel est le but de ce rapport et en quoi concerne-t-il les Canadiens?

Le premier terminal d’importation de gaz naturel liquéfié (GNL) au Canada, le Canaport à Saint John, au Nouveau-Brunswick, devrait entrer en service au cours du premier semestre de 2009. Le Canada étant un joueur relativement nouveau sur le marché mondial de GNL[1], cette évaluation du marché de l’énergie donne un aperçu de l’offre, de la demande et du commerce de GNL à l’échelle mondiale, ainsi qu’une perspective de haut niveau sur la mise en valeur du GNL et les effets que pourrait avoir le GNL importé sur l’infrastructure énergétique et les marchés gaziers canadiens.

[1] Malgré la présence d’installations qui, depuis nombre d’années au Québec, en Ontario et en Colombie-Britannique, liquéfient le gaz naturel véhiculé par pipeline et stockent le GNL, lequel sera ultérieurement regazéifié et utilisé durant les périodes de pointe de la demande.

Qu’est-ce que le GNL?

Lorsque le gaz naturel est refroidi à une température d’environ -160 oC (ou -260 oF) à la pression atmosphérique, il se transforme en liquide et est réduit à approximativement 1/600 de son volume. Cela permet de stocker et de transporter de grandes quantités de gaz naturel de manière plus efficace et économique. Le GNL procure un moyen sûr, pratique et efficace de stocker et de transporter le gaz naturel depuis plusieurs décennies.

Aux installations de réception, le GNL est remis à l’état gazeux. Une fois le GNL regazéifié, il est traité de la même manière que le gaz naturel classique. Cela peut inclure tout traitement nécessaire pour répondre aux normes de qualité des pipelines et marchés régionaux.

À quoi sert le GNL?

Le commerce mondial de GNL permet la mise en valeur et l’acheminement d’importantes ressources de gaz naturel partout dans le monde pour compléter la production intérieure dans les régions consommatrices. Malgré l’incertitude économique actuelle, les besoins en énergie et en gaz naturel dans le monde devraient croître à long terme. Pour satisfaire cette demande croissante, les régions consommatrices (comme l’Amérique du Nord) continuent d’envisager des options visant à augmenter et à diversifier les sources d’approvisionnement en gaz.

La capacité d’importer du GNL représente une option importante qui aide à garantir des approvisionnements énergétiques fiables et sûrs pour répondre aux besoins. Les besoins croissants en gaz naturel et la concurrence entourant le GNL sur les marchés internationaux ont stimulé la croissance des projets de GNL partout dans le monde.

La consommation de gaz naturel dans le monde entier a augmenté de plus de 40 % depuis 1990; en 2007, le GNL a comblé à peu près 7,4 % des besoins mondiaux en gaz naturel. Par comparaison, les importations de GNL ont répondu à environ 3 % des besoins en gaz naturel de l’Amérique du Nord. Bien que l’Amérique du Nord soit le plus grand producteur de gaz naturel au monde, elle a toujours eu recours aux importations de GNL pour compléter sa production intérieure. Au Canada, la production et la consommation de gaz naturel en 2007 ont été respectivement de 175 109m³ (17 Gpi³/j) et de 77 109m³ (8 Gpi³/j).

Comment la conjoncture économique actuelle influe-t-elle sur le commerce de GNL?

Le marché mondial du GNL continue d’évoluer; les possibilités actuelles pour le marché du GNL diffèrent passablement de ce qui était prévu il y a quelques années seulement quand les prix du gaz naturel en Amérique du Nord étaient élevés par rapport au reste du monde et le GNL était perçu comme une source d’énergie supplémentaire essentielle en divers points du continent, notamment au Canada. En 2009, les perspectives de la demande de GNL ont baissé considérablement en raison des marchés du crédit et financiers affaiblis, de la croissance économique ralentie, des prix de l’énergie instables et du potentiel de mise en valeur d’autres options d’approvisionnement, telles que l’importation de gaz par pipeline en Europe et la production croissante de gaz non classique en Amérique du Nord.

Malgré l’incertitude économique actuelle, les besoins mondiaux en énergie et en gaz naturel devraient augmenter à long terme. La reprise économique et les initiatives environnementales pourraient entraîner une demande considérable de gaz naturel et de GNL. La mesure dans laquelle l’Amérique du Nord exploitera les différentes solutions de rechange au gaz naturel influera grandement sur le besoin global de GNL.

Quelles sont les perspectives pour les importations de GNL en Amérique du Nord?

Le degré d’utilisation des installations nord-américaines de GNL et la disponibilité des approvisionnements à long terme seront déterminés en grande partie par des facteurs de concurrence comme les conditions du marché, les parties prenantes, y compris leurs modalités contractuelles respectives pour l’offre et les marchés, et les besoins de GNL dans les autres régions du monde.

La grande capacité de regazéification ajoutée en Amérique du Nord, en Europe et en Asie orientale maintiendra vraisemblablement un marché compétitif pour l’offre mondiale de GNL. Toutefois, la quantité de GNL nécessaire dans chaque région peut varier passablement et peut être influencée par la mise en valeur d’autres options d’approvisionnement, telles que l’importation de gaz naturel par pipeline en Europe et la production de gaz non classique en Amérique du Nord.

Le prix du GNL dans les autres grands marchés mondiaux est plus étroitement lié aux prix du pétrole brut ou des produits pétroliers, alors que le prix du gaz naturel en Amérique du Nord est déterminé plutôt par la concurrence dans les prix entre les différentes sources de gaz naturel. Les différences de prix offrent des occasions d’échanges commerciaux entre les régions; elles auront donc un effet sur le flux de GNL. La capacité considérable de stockage souterrain de gaz naturel pourrait aussi servir à importer du GNL en Amérique du Nord durant les périodes où la demande de gaz naturel est plus faible dans les autres marchés importants.

Quelles sont les perspectives pour les importations canadiennes de GNL?

Le nombre de projets de GNL devant être réalisés au Canada est incertain. La mise en valeur du GNL au Canada et en Amérique du Nord dépend dans une large mesure des perspectives pour l’offre et la demande de gaz naturel à l’échelle continentale. Le recul économique actuel et l’augmentation récente de la production américaine de gaz naturel à partir de gisements de schistes et d’autres ressources de gaz non classique ont fait diminuer le besoin à court terme d’importer du GNL. Selon la taille et l’envergure potentielles des ressources de gaz de schistes, celles-ci pourraient supplanter les besoins en GNL à long terme en Amérique du Nord et dans le monde.

En général, les projets proposés et existants de GNL au Canada ont un emplacement concurrentiel par rapport à d’autres terminaux en Amérique du Nord et dans le monde. Dans l’Est du Canada, les terminaux d’importation projetés sont bien situés pour desservir le marché important de la Nouvelle-Angleterre, où le GNL a toujours comblé jusqu’à 25 % de la totalité des besoins en gaz naturel. Sur la côte Ouest du Canada, les terminaux d’importation de GNL ne font pas partie des projets à court terme, les fournisseurs préférant satisfaire la demande asiatique.

Date de modification :