ARCHIVÉ - Fiche de renseignements - Les enjeux de la productibilité future de gaz naturel au Canada

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Les enjeux de la productibilité future de gaz naturel au Canada - Fiche de renseignements - Mai 2011 [PDF 699 ko]

Fiche de renseignements - Les enjeux de la productibilité future de gaz naturel au Canada - Aperçu

L’ÉMÉ intitulée Productibilité à court terme de gaz naturel au Canada 2011-2013 présente les perspectives de productibilité de gaz naturel au Canada, c’est-à-dire la quantité de gaz qui peut être produit par les puits existants ou nouvellement forés, d’ici la fin de 2013.

Les principaux facteurs qui influeront sur cette productibilité de 2011 à 2013 sont les suivants :

  • une offre excédentaire de gaz naturel en Amérique du Nord attribuable à la hausse continue des approvisionnements en gaz de schiste aux États-Unis et à la baisse de la croissance de la demande depuis 2009;
  • le détournement des activités de forage pour le gaz en Amérique du Nord vers le pétrole brut et les autres hydrocarbures liquides (propane, butanes et pentanes plus) afin de capitaliser sur les prix plus élevés du pétrole.

Ces deux facteurs ont eu pour effet de rediriger une partie des investissements et activités de forage dont le gaz naturel au Canada aurait pu bénéficier. Bien que le Canada dispose de ressources gazières considérables, y compris en gaz de schiste, ces facteurs pourraient faire diminuer la productibilité de gaz naturel au Canada durant la période de projection. Malgré ce potentiel de diminution, la productibilité de gaz naturel au Canada devrait être plus que suffisante pour desservir les marchés canadiens.

La diminution de la productibilité de gaz naturel au Canada pourrait ralentir, voire connaître un redressement, si l’offre disponible et la demande de gaz naturel commencent à tendre vers un équilibre sur le marché nord-américain pour ainsi faire grimper les prix du gaz.

D’après un jeu de projections fondées sur un scénario de données médianes, la productibilité devrait reculer de 380 Mm³/j (13,4 Gpi³/j) en 2011 à 364 Mm³/j (12,8 Gpi³/j) en 2013.

Productibilité totale au Canada - comparaison des scénarios

Productibilité totale au Canada - comparaison des scénarios

Productivité initiale du raccordement gazier moyen selon l’année de raccordement dans le BSOC

Productivité initiale du raccordement gazier moyen selon l’année de raccordement dans le BSOC

Où va la productibilité au Canada?

Par le passé, près de 80 % des nouveaux puits forés au Canada ciblaient du gaz naturel; or ce chiffre diminue depuis 2006. Il a chuté à 40 % en 2010 et ne devrait pas changer avant au moins 2013. De plus, la production des nouveaux puits n’a pas été en mesure de contrebalancer les reculs de production des puits existants, et une diminution graduelle de la productibilité est prévue pour la période de 2011 à 2013.

Hausse de la production de gaz de schiste aux États-Unis

Au début de 2008, l’industrie disposait de 280 appareils en mesure de forer des puits horizontaux dans les principales formations de schiste en sol américain. À la fin de 2010, elle en comptait plus de 500. Cette forte augmentation signifie que la production de gaz de schiste continuera de s’accroître aux États-Unis et de surpasser la croissance de la demande tant dans ce pays qu’au Canada. En d’autres termes, les États-Unis peuvent répondre à une plus grande proportion de leur demande intérieure, empêcher les prix de monter et réduire le nombre de débouchés accessibles aux exportateurs canadiens au sud de la frontière. Ces facteurs rendent la production de gaz naturel moins attrayante au Canada.

Les producteurs se tournent vers le pétrole et le gaz naturel riche en liquides

Tant au Canada qu’aux États-Unis, les producteurs de gaz naturel réagissent à l’offre excédentaire aux États-Unis en délaissant les activités de forage concentrées uniquement sur le gaz. Ils ciblent plutôt le pétrole et le gaz naturel contenant des liquides (LGN) afin de capitaliser sur la hausse des prix du pétrole. Les prix des LGN (tels le propane, les butanes et les pentanes plus) sont établis en fonction de ceux du pétrole : en conséquence, plus ces derniers sont élevés, plus les revenus augmentent et incitent à changer la production.

Nouveaux éléments pipeliniers aux États-Unis

Deux nouveaux pipelines entreront en service aux États-Unis en 2011 pour ainsi réduire davantage la quantité de gaz naturel importé du Canada. Cette nouvelle infrastructure permettra de transporter plus de gaz produit aux États-Unis sur les marchés américains. Le pipeline Bison, entré en service en janvier 2011, achemine du gaz du Wyoming au Midwest des États-Unis par le truchement du pipeline Northern Border. Le pipeline Ruby dont la mise en service est prévue pour juin 2011, transportera du gaz du Wyoming vers les États du Nord-ouest et la Californie. La capacité globale de ces deux gazoducs est d’environ 67 Mm³/j (1,9 Gpi³/j). En 2010, le total des exportations canadiennes s’est élevé à environ 253 Mm³/j (8,9 Gpi³/j); cette nouvelle capacité aux États-Unis pourrait influer grandement sur la quantité de gaz qui serait normalement exportée du Canada sur ces marchés.

Date de modification :