Compte rendu de réunion - 26 janvier 2011

Revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique

Compte rendu de réunion

Date and Location
Date Lieu
Mercredi
26 janvier 2011
13 h à 13 h 45
École Helen-Kalvak
Ulukhaktok (T.N.-O.)

Objet : Présenter la revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique aux étudiants de l'école Helen-Kalvak

Participants
Participants
Étudiants de la 9ème à la 12ème année
Professeurs
 
Steve Baryluk Joint Secretariat
Jimmy Kalinek Conseil de gestion du gibier d'Inuvik
Gaétan Caron Président et premier dirigeant, ONÉ
David Hamilton Membre, ONÉ
Brian Chambers Conseiller pour le dossier Arctique, ONÉ
Bharat Dixit Chef technique, Conservation des ressources, ONÉ
Pamela Romanchuk Spécialiste de l'environnement, ONÉ
Susan Gudgeon Coordonnatrice pour le dossier Arctique, Revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique, ONÉ

Mot d'ouverture (par l'ONÉ)

  • On présente la revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique, y compris le mandat de l'ONÉ, une description du processus et des événements qui ont mené au lancement de la revue, et l'indication des endroits qui pourraient être visés par les activités de forage dans la mer de Beaufort.
  • On demande aux étudiants ce qu'ils veulent savoir avant que des activités de forage ne soient autorisées et quelles sont leurs préoccupations au sujet du forage en mer.

Échanges avec les étudiants

Pour répondre à la question qui leur est soumise, les étudiants indiquent un certain nombre de points qui soulèvent des inquiétudes et suscitent l'intérêt, notamment :

  1. Généralités:

    • Pas de forage.
    • On sait ce qui s'est passé dans le golfe et c'est pour cette raison qu'il ne devrait pas y avoir de forage ici.
    • Le même type d'accident pourrait survenir ici.
    • Combien de temps les activités de forage prendraient-elles?
    • Quand le puits s'assècherait-il?
    • Ne laissez pas les sociétés forer ici.
    • Il ne devrait pas y avoir d'activités de forage dans les zones précises où on retrouve les populations de poissons.
    • S'impliquer signifie de longs vols en avion.
    • Les sociétés devraient savoir ce que pensent les gens.
    • S'il y avait un déversement, il pourrait atteindre Ulukhaktok.
    • Le courant pourrait entraîner la marée noire.
    • Le forage pourrait-il être mené une saison à la fois?
    • Est-ce que ça peut survenir à nouveau? Il y a déjà eu un accident, cela pourrait arriver encore.

  2. Valeur des ressources

    • Il n'y aurait plus de phoque, il ne resterait rien si un tel incident survenait ici.
    • Cela aura des retombées sur notre culture et notre mode de vie.
    • On ne peut pas vivre sans culture.
    • Notre culture est notre vie.
    • Nous ne pourrons peut-être plus chasser.
    • Chasser, camper, pêcher, coudre; tout provient de la terre (les phoques, les bœufs musqués, les poissons, les ombles, les caribous, les lapins et les loups).
    • Une marée noire pourrait rendre les animaux malades et les tuer.
    • Les phoques, les baleines, les ours polaires et les poissons viennent de l'eau, et cela pourrait les affecter.
    • Les activités de forage auront des répercussions sur nos animaux et sur l'ensemble de notre vie.
    • S'il n'y a plus d'aliments autochtones pour se nourrir, et seulement la nourriture provenant des magasins, cela ne serait pas bon, les gens seraient malades.
    • On doit instaurer toutes les mesures nécessaires pour veiller à conserver ce qu'on a. Si on fait des compromis, cela aura un impact sur la terre, et il ne devrait pas y avoir aucun compromis.

Mot de la fin et questions à étudier dans le futur

  • L'ONÉ offrira aux étudiants et aux professeurs l'information quant aux façons de participer, s'ils le souhaitent, et offrira de l'aide au sujet du processus s'ils en ressentent le besoin.
Date de modification :