Compte rendu de séance d'information - 28 juin 2011 - Sauniq Inns Hotel & Conference Centre, Pond Inlet (Nunavut)

Revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique

Compte rendu de réunion

Date and Location
Date Lieu
Mardi
28 juin 2011
19 h à22 h
et
mercredi
29 juin 2011
10 h à 12 h
Sauniq Inns Hotel & Conference Centre
Pond Inlet (Nunavut)

Objet : Séance d'information de Phase 2

Participants
Participants
Bharat Dixit Chef technique, Exploration et production, ONÉ
Pamela Romanchuk Spécialiste de l'environnement, ONÉ
Susan Gudgeon Coordonnatrice pour le dossier Arctique, ONÉ
Christy Wickenheiser Spécialiste de l'environnement, ONÉ

Présentation (ONÉ)

Le personnel de l'Office national de l'énergie a fait une présentation qui proposait un aperçu des éléments suivants :

  • le rôle de l'Office dans le Nord
  • la portée de la revue des exigences pour le forage extracôtier dans l'Arctique
  • les événements à ce jour, y compris les rencontres des intervenants et l'information déposée
  • où en est aujourd'hui la revue
  • les événements à venir
  • financement

Questions et commentaires

Les questions et les commentaires suivants ont été présentés :

  • Depuis l'incident du golfe du Mexique, utilise-t-on encore les vieilles politiques et procédures pour les sociétés qui planifient des forages dans l'Arctique?
  • Qui bénéficient des plans de retombées économiques?
  • Que disent les règlements?
  • Y a-t-il des dispositions dans les règlements qui traitent expressément de l'environnement arctique (froid, noirceur, courants marins)?
  • Existe-t-il des règlements différents pour la mer de Beaufort, la baie de Baffin et le détroit de Davis? Ce sont toutes des régions différentes. Cette région-ci est tout à fait différente de celle de Tuktoyaktuk. À Tuktoyaktuk il y a du vent, mais moins de courants marins que dans notre région. Les règlements sont-ils conçus uniquement pour un secteur?
  • Combien de pages contenaient les anciens règlements, avant l'adoption des nouveaux?
  • Nous ne nous sommes jamais souciés des règlements auparavant, mais nous aimerions maintenant en connaître les dispositions dont nous pourrions tirer parti. Il faudrait les transmettre au bureau de hameau de la QIA, ou nous les envoyer directement. Dans l'intérêt de notre environnement et des animaux, nous devons savoir en quoi les règlements peuvent nous aider.
  • Peut-on obtenir également des copies des politiques et des procédures?
  • Pouvez-vous nous parler de la profondeur à laquelle les forages peuvent être effectués? Y a-t-il des limites de profondeur jusqu'où les sociétés peuvent forer?
  • Bienvenue parmi nous. Je suis heureux que vous soyez venus dans notre localité. J'ai beaucoup de choses à vous dire.
  • Si nous demandons aux sociétés de ne plus faire de forages, vont-elles quand même continuer?
  • Nous avons un été, un automne, et ainsi de suite, mais nos saisons sont plus courtes que dans le Sud. L'Office peut-il imposer une condition qui oblige la société à cesser de forer lorsque les glaces bougent et que les animaux se déplacent dans la région?
  • Les sociétés veulent faire de la prospection (sismique) à compter de cet été.
  • Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste la capacité de forer un puits de secours au cours d'une même saison?
  • Les dispersants sont-ils le produit qu'ils ont utilisé dans le golfe du Mexique? Qui a la responsabilité de faire de la recherche sur les dispersants?
  • Vous avez mentionné le golfe du Mexique en parlant de la sécurité. Cette région est fort différente de la nôtre. J'ai traversé la région en motoneige en février. C'est le moment où les glaces se brisent, il y a de l'eau et beaucoup de mammifères marins; plus haut, les ours polaires sont plus nombreux.
  • S'il se produisait un déversement de pétrole semblable à celui qui est survenu dans le golfe du Mexique, ce serait pire dans notre région.
  • Une autre raison, c'est que les courants marins se séparent (île de Baffin/baie Resolute).
  • J'aimerais en apprendre davantage pour qu'on puisse s'aider mutuellement concernant le forage. Si un déversement se produisait ici, où se trouve l'équipement de nettoyage? Combien de temps faudrait-il à des navires pour se rendre jusqu'ici? J'aimerais qu'un résident local aille à Inuvik pour travailler avec l'Office.
  • Le gouvernement fédéral m'a choisi pour être inspecteur dans la mer de Beaufort. Il y avait un îlot de glace. La glace était épaisse et je pouvais marcher dessus. Je me rappelle d'avoir voyagé de Tuktoyaktuk en motoneige durant l'hiver, et ils étaient encore à forer. La glace était épaisse.
  • S'il y avait un déversement à Tuktoyaktuk, il pourrait être contenu dans une seule région. Les courants sont plus forts dans notre secteur.
  • Nous pratiquons la chasse. Vous allez au magasin avec de gros paniers. Nous, nous allons à la chasse et parfois nous en revenons les mains vides. C'est notre source d'alimentation.
  • Il devrait y avoir deux types de registres concernant la prospection - dont un serait constitué de photos pour que nous, les gens locaux, puissions comprendre et voir ce qui se passe.
  • Nous n'avons jamais travaillé avec ces gens-ci par le passé. À compter d'aujourd'hui, nous pourrions travailler ensemble.
  • Je suis de l'Extrême-Arctique et vous avez voyagé loin pour venir ici de Calgary. J'ai passé à la radio locale et j'ai averti les gens de l'organisation de chasseurs et de trappeurs et du bureau de hameau. Il n'y a pas d'interlocuteurs plus haut placés que vous. Nous ne participons pas en tant qu'Inuits. Ils n'ont pas fait appel à nous pour la prospection (sismique). Aucun Inuit n'a participé. Nous avons moins de voix au chapitre. Je vais encore me fâcher si je ne vois pas des gens qui sont concernés. Qu'est-ce qu'ils peuvent faire avec leur prospection? Nous ne savons pas ce qu'ils font. Nous aimerions tout connaître en détail, pas seulement par internet ou par courriel, mais au moyen de rencontres face-à-face pour nous dire ce qu'il en est. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nous ce soir.
  • Nous avons des phoques, des bélugas, des narvals, des poissons - vont-ils périr à cause de la prospection? Allons-nous les retrouver morts à la surface de l'eau?
  • Je n'ai pas obtenu de renseignements sur ce qu'ils utilisent. Peut-être que l'ONÉ pourrait examiner la demande et nous expliquer ce qu'ils utilisent.
  • N'allez pas croire qu'il n'y a pas de glace ici au mois de juillet. Nous avons toujours de la glace peu importe le temps de l'année. Cela peut ressembler à de la neige fondante à certains endroits. À partir d'aujourd'hui, on ne verra peut-être pas de glace. La glace en hiver n'est pas la même qu'au mois d'août.
  • L'ONÉ a-t-il envisagé d'exclure certains secteurs autour de Pond Inlet à cause de la présence des narvals?
  • Les scientifiques font des études sur l'ours polaire depuis bien des années. À cause du bruit causé par les motoneiges et les hélicoptères et le jappement des chiens, les ours polaires n'arrivent pas à entendre les phoques dans leurs trous de respiration.
  • Nous comptons sur les mammifères marins pour notre subsistance. C'est d'une importance capitale et il faut qu'il en soit tenu compte. Si les petits animaux et les poissons meurent, les plus gros disparaîtront aussi. Notre alimentation vient du territoire - cela coûte trop cher d'acheter au magasin Northern.
  • Il se passe beaucoup de choses dans notre région. Que veulent-ils faire d'autre qui pourrait nous causer encore plus de difficultés?
  • Un narval blessé peut rester submergé pendant une heure, et une baleine boréale, pendant une demi-heure. Combien de temps resteront-ils là à surveiller si des animaux sont blessés?
  • Ne pensez pas qu'il n'y a pas de représentants. Un représentant de l'organisation des chasseurs et des trappeurs est ici. Et comme c'est le printemps, beaucoup de chasseurs et de trappeurs sillonnent le territoire. Il y en a un certain nombre en ville et je tiens à leur souhaiter la bienvenue.
  • Nous parlons de nos inquiétudes aux sociétés (minières et pétrolières). Au lieu de leur parler à eux, nous devrions vous parler davantage. L'an dernier, nous avons intenté des poursuites par l'intermédiaire de la QIA. Nous avions des préoccupations et j'ai écrit une lettre, et nous avons obtenu gain de cause.
  • Leur intention de faire de la prospection nous inquiète encore beaucoup.
  • La chasse à l'ours polaire se pratique en hiver. La glace s'étend sur de très grandes distances. Les courants marins sont plus forts à la pleine lune et moins forts lorsqu'il n'y a pas de lune.
  • Une fois la glace formée, nous pouvons parcourir de grandes distances parce que nous connaissons les bons endroits pour chasser.
  • À cause de la prospection prévue, nous connaissons ce secteur. Nous tenons à vous vous exprimer de nouveau nos préoccupations à ce sujet.
  • Certains d'entre nous ont une idée des politiques - elles sont principalement transmises comme des contes. On relate les mots écrits qui peuvent nous servir.
  • Ce que je veux dire, c'est que j'aime travailler avec vous dans la mesure où notre milieu de vie reste sûr pour ces deux jeunes. Il faut penser à leur avenir. En tant qu'aînés, c'est notre devoir de préserver un environnement sécuritaire pour eux.
  • J'ai fait du forage auparavant, mais sur la terre ferme. Il y avait très peu de glace et elle ne bougeait pas du tout.
  • La prospection dans notre région - les tirs d'air comprimé ne peuvent pas pénétrer le plancher océanique. Pouvez-vous nous expliquer ce que ce type de prospection peut faire ou les dommages qu'il peut causer? Pouvez-vous nous en dire plus sur l'équipement?
  • Le printemps n'est pas le meilleur moment pour venir consulter les collectivités à cause des activités de récolte.
  • Malgré ce que disent les politiques, on nettoie quand les inspecteurs arrivent, puis c'est le retour au désordre une fois qu'ils sont partis. C'est ce que nous avons vu sur l'île Melville.
  • Nous craignons pour notre milieu - nous ne voulons pas qu'il y ait un désastre.
  • Au Groenland, il y a de la prospection sismique et du forage. Le gouvernement canadien devrait aller voir comment les choses se passent.
  • Il y a peut-être de 10 à 12 personnes qui travaillent pour la société. La plupart des gens restent chez eux et n'en retirent aucun avantage. S'il faut que la faune soit affectée, ceux qui travaillent pour la société s'en tireront mieux. Il y a plus de gens qui ne travaillent pas pour la société qu'il y en a qui le font.
  • Je m'inquiète pour les animaux marins. Ils pourraient devenir sourds ou mourir. Les animaux marins se déplacent sans cesse.
  • Est-ce que les autres gens qui sont venus ici travaillent pour vous?
  • Lorsqu'ils font de la prospection dans l'océan, quel est le rôle du MPO? Le MPO est-il censé me protéger? Vous ont-ils dit quelque chose?
  • Quelle importance accorde-t-on à l'avis des autres autorités fédérales, par rapport aux désirs de la collectivité?
  • Comment suit-on les effets sur la faune, depuis les petits animaux jusqu'au sommet de la chaîne?
  • Une fois les navires partis, qui cherchera les carcasses de poissons et de phoques, ou les phoques sourds?
  • On a fait de la prospection sismique dans les années 70. Il faut croire que les résultats n'étaient pas assez bons, vu qu'ils font d'autres essais. Est-ce que les résultats deviennent désuets et il faut recommencer?
  • Je suis toujours inquiet parce que ma priorité principale, c'est la sécurité de l'environnement où je vis. J'ai voyagé de Yellowknife jusqu'ici, et d'Iqaluit jusqu'ici. Je connais différentes régions pour y avoir voyagé. Je veux apprendre les politiques qui s'appliquent aux demandes de permis.
  • Je crains qu'ils seront à la recherche de gaz et de pétrole. Qui cherchera les animaux morts?
  • On pourrait produire deux rapports et ils seraient différents. Les Inuits pourraient en préparer un. Parce que nous sommes inuits, nous savons ce qui cause du tort à nos animaux et cela m'inquiète si la société ne fait pas appel aux gens locaux. Des études se font, mais on ne sait rien à leur sujet. Il faudrait utiliser davantage la population locale. J'ai mentionné à l'organisation des chasseurs et des trappeurs et au conseil du hameau qu'ils devraient assister à cette rencontre. Il faut au moins qu'un résident local travaille au rapport. Pouvez-vous faire pression pour qu'un résident local soit à bord du navire lorsqu'ils font la prospection?
  • Peut-on exiger qu'ils emploient des surveillants marins locaux?
  • Les aînés ont des connaissances plus étendues. Les universitaires et les jeunes ne possèdent pas le même savoir. Les observateurs devraient être des gens plus âgés.
  • En supposant qu'une société obtienne un permis, s'il y a des jeunes à bord du navire, ils peuvent faire rapport aux aînés sur la situation. Ce serait plus positif que de confronter les sociétés.
  • Je suis heureux que vous gardiez des registres de nos propos. J'ai l'impression que nous n'avons plus peur aujourd'hui et qu'il est possible de travailler ensemble.
  • J'aimerais que vous examiniez ce qu'il en est. Un certain nombre de locaux ont suivi de la formation pour pouvoir travailler à bord du navire et d'autres sont formés en sécurité nautique. Malgré cette formation, ils ne s'intéressent pas à nous.
  • Nous ne tuons pas des animaux par plaisir. Nous chassons pour manger.
  • Le Nunavut n'est pas en régime de dévolution. L'argent va tout droit au gouvernement fédéral. Actuellement, nous n'en tirons aucun avantage. J'aimerais que le gouvernement du Nunavut retire des recettes de l'exploitation pétrolière et minière. Le Nunavut est à court de liquidités et il envie les Territoires du Nord-Ouest.
  • S'ils font du tort à nos animaux marins, nous crèverons de faim. En Afrique, les sociétés ont exploité les mines d'or, mais la population a souffert de famine et le monde entier a dû lui prêter appui. Ce n'est pas ce que nous voulons.
  • Quelle suite donnera-t-on aux commentaires et aux préoccupations que nous avons formulés ici?
  • Vu qu'on est tous des citoyens canadiens, pourquoi y a-t-il deux ou trois offices?
  • À Yellowknife j'ai appris ce qu'est votre rôle. Tout le monde ne le connaît pas.
  • Aujourd'hui, je vous fais part d'une de mes inquiétudes. J'ai pris des notes hier soir. Je sais que vous avez un bureau à Calgary et que beaucoup d'employés y travaillent. Ici c'est l'Extrême-Arctique. Nous pouvons obtenir de l'information via internet, mais vous serait-il possible d'avoir un représentant à Pond Inlet ou dans l'Extrême-Arctique, plutôt que seulement un bureau à Calgary?
  • On nettoyait les lieux quand les inspecteurs venaient, puis on laissait les choses aller quand ils repartaient.
  • Il vous faut avoir un employé dans l'Extrême-Arctique.
  • Ici, il n'y a pas d'entreposage ni d'agriculture. Il faut chasser. Il nous arrive parfois de ne rien prendre et la chasse coûte cher. Nous n'avons pas les moyens d'acheter de la nourriture.
  • Cela nous aiderait beaucoup si l'Office pouvait avoir un bureau dans le Nord. Calgary est loin.
  • Il n'y a pas d'observateurs. Si une urgence survenait, personne ne pourrait atterrir parce qu'il n'y a pas d'aérogare. Personne ne pourrait accoster vu qu'il n'y a pas de digue. Il serait impossible de faire venir de l'équipement. Ce serait dangereux si un incident se produisait. Nous vous demandons d'être prêt et de nous aider, dans l'intérêt de notre collectivité.
  • Quelqu'un est passé par-dessus bord par accident et il a fallu l'évacuer d'urgence par le service Medivac. Sa peau était brûlée par le sel. Que ferait-on s'il y avait un accident? Nous ne sommes pas dans la région de Beaufort. C'est différent ici (courants et sel).
  • Je voudrais poser une question au sujet des forages au Groenland. Ils ne connaissent peut-être pas les courants marins. Quelqu'un peut-il leur demander de cesser leurs forages? L'an dernier, nous avons observé des cadavres de petits mammifères marins. En outre, nous connaissons les courants et notre environnement, et lorsque la glace se fend, nous voyons peu de plancton. Personne n'a fait de recherches sur les courants marins. Nous savons que tous les icebergs venaient du Groenland. Quelqu'un peut-il imposer une ordonnance d'arrêt? Les baleines et les narvals pourraient s'éteindre. Les sources d'alimentation disparaissent. Tout comme les phoques. Les ours polaires se nourrissent des phoques. J'aimerais que l'on appuie l'imposition d'une ordonnance d'arrêt. Les ours polaires vont disparaître. Nous sommes Inuits et nous chassons pour nous nourrir, contrairement aux chasseurs sportifs. Nous savons maintenant qu'ils ne sont pas du tout préparés et s'il y avait un déversement de pétrole, qu'est-ce qui nous arriverait?
  • Pouvons-nous planifier autre chose pour notre collectivité avant que les réserves de pétrole ne s'épuisent. Oublions la guerre, pouvons-nous produire de l'énergie bonne pour nous. Je n'aime pas l'énergie nucléaire. Pouvons-nous songer à une solution pour l'avenir? Les sources de pétrole vont s'épuiser.
  • Parce que nous sommes des chasseurs, nous savons quand les mouvements migratoires se déroulent. Pouvons-nous prévoir plus de sources d'alimentation pour l'avenir, au lieu de penser au pétrole. Si notre environnement est contaminé et que les animaux meurent, la situation pourrait devenir dangereuse et j'aimerais obtenir un appui.
  • Merci d'être venu dans notre collectivité pour entendre nos préoccupations.
  • Je suis préoccupé au sujet des gens qui sont venus nous voir il y a quelques mois et à qui nous avons présenté des questions. Ils nous ont affirmé que les animaux ne seraient pas effrayés par le bruit et qu'ils ont le meilleur équipement disponible. Par le passé, ils ont employé de la dynamite et fait de la prospection dans notre région, et j'ai pu voir les photos. Ils ont mentionné que les animaux n'allaient pas s'enfuir. Même les bruits légers font fuir les animaux. Certains pourraient mourir ou devenir sourds.
  • J'appréhende les forages. Nous vivons dans une région de pleine noirceur, de pleine clarté et de grands vents. S'il survient un accident en hiver et s'ils n'ont pas de plan de nettoyage, comment le navire pourrait-il franchir les glaces? Au printemps, le pétrole pourrait atteindre notre région, poussé par les courants. Nous savons où le pétrole pourrait arriver. Je sais que des animaux vont périr.
  • Dans l'Extrême-Arctique, les vents sont très violents.
  • Tout comme nos ancêtres, nos enfants et leurs enfants devront chasser pour leur subsistance et les animaux se seront enfuis ailleurs.
  • Lors des forages, ils utilisent une grande quantité de sel. J'ai vu des phoques près de la source de retrait. Ils n'ont jamais utilisé de dynamite, mais parfois ils ont déversé du sel sur le sol par accident. Ils n'ont jamais mentionné où le sel aboutit. S'ils déversent du sel, des animaux vont mourir. Deux animaux morts ont été placés près d'un trou de respiration et les phoques ne les ont jamais pris. On a découvert plus tard que de petits animaux marins avait disparu.
  • Vous croyez que l'équipement mentionné n'effarouchera pas les animaux. Moi, je sais qu'il le fera. Telle est la réalité. L'équipement va faire fuir les animaux. Il faut des politiques et des règlements régissant les zones de forage potentielles. Ils cherchent à forer dans des secteurs où nous leur avons demandé de ne pas le faire et où nous chassons. Peut-être ne se préoccupent-ils pas du tout de la pêche.
  • Ont-ils présenté une demande et est-ce la raison pour laquelle vous êtes ici?
  • Dans le Sud, il y a les fermes. Cette région est comme notre ferme et elle revêt une grande importance pour nous.
  • Quand vous aurez recueilli toute l'information, je me demande si vous pourriez en transmettre un sommaire à notre collectivité pour que nous puissions l'utiliser et faire de même pour Clyde River?
  • En ce qui concerne les exigences de dépôt, s'il y a de la prospection sismique, c'est notre ferme ici. Serons-nous indemnisés si la faune est affectée ou disparaît?
  • Qui fera l'interprétation à la table ronde, car il y a différents dialectes?
  • Lorsque vous parlez d'experts, s'agit-il de scientifiques? Pour nous, ce sont des nouveaux venus.
  • Mis à part le forage, il n'y a pas que les dangers connus. Nous sommes des gens différents. Nous avions l'habitude de ne voir qu'un bateau par année. Il en vient maintenant d'autres pour le gaz et l'ameublement de nos maisons, ainsi que des navires de militaires et de touristes qui visitent notre région. Comme chasseurs, nous considérons qu'ils dérangent déjà les animaux.
  • Un navire est resté pris. La même chose pourrait survenir avec le forage. Il pourrait y avoir un déversement de pétrole. Avez-vous la responsabilité de surveiller nos eaux? Êtes-vous responsables des navires militaires et touristiques?
  • Nous devons savoir à qui nous adresser en cas d'incident.
  • En ce qui touche les activités à l'extérieur de la Région de règlement des revendications territoriales du Nunavut, le gouvernement du Nunavut ne décide aucunement du développement des ressources. Il faudrait attendre la dévolution avant d'entreprendre les forages.
  • Tout le personnel de l'ONÉ se trouve à Calgary. Nous avons besoin d'un interlocuteur sur place. La zone jaune sur la carte est immense. Lorsque les activités débuteront dans le futur, il faudra également avoir un bureau dans notre région.
  • La société peut-elle forer un trou aussi grand que le bloc d'obturation de puits de manière à ce qu'il soit placé sous le plancher océanique, pour éviter ainsi que les filets ne s'y emmêlent?
  • Le prix du pétrole a chuté durant l'exploitation de Bent Horn. Il faut disposer d'économistes.
  • En ce qui concerne la prospection sismique, pourquoi employons-nous de vieilles méthodes alors qu'il y a toute cette technologie moderne? Lorsqu'ils font sauter des charges explosives, cela élimine toute vie dans un rayon de 100 verges. En recourant aux nouvelles technologies, les répercussions seraient-elles moindres?
  • Je vous suis très reconnaissant d'être venus ici et de m'avoir pris comme je suis. Lorsque j'étais jeune, je disais à mon père quand il me traitait mal : « j'en ai assez ». Nous sommes tous des adultes ici. Vous nous avez présenté un exposé et vous avez écouté nos doléances. Nous traitons avec les sociétés depuis de nombreuses années. S'il n'y a pas d'Inuits, nous rejetons leur demande.
  • Je suis heureux que vous soyez venus dans notre collectivité. Le mot énergie veut dire autre chose en Inuktitut, cela désigne l'électricité. Peut-être devriez-vous vous appeler l'Office national de l'énergie fossile.
  • Je sous souhaite la bienvenue dans notre collectivité.
  • Revenez nous rendre visite quand vous voudrez.

Mot de la fin

  • Le personnel de l'ONÉ est disponible pour vous aider à remplir les formulaires d'inscription pour participer à la table ronde, ainsi que les demandes de financement.
  • Des DVD de l'information sur la Revue des exigences pour le forage extracôtier du site Web de l'ONÉ sont à votre disposition.
  • Des copies électroniques de la Loi sur les opérations pétrolières au Canada et du Règlement sur le forage et la production de pétrole et de gaz au Canada vous seront transmises ce soir par courriel.
Date de modification :