ARCHIVÉ - Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2004

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Fiche de renseignements

30 mars 2006

Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2004

L'an dernier, les pipelines du Canada ont transporté au pays et à l'étranger pour plus de 120 milliards de dollars en gaz naturel, en pétrole brut et en produits pétroliers qui ont ensuite été utilisés pour chauffer nos résidences et faire fonctionner nos véhicules et nos industries. En matière de pipelines, tout ce qui touche la sécurité, la sûreté et la protection de l'environnement relève de l'Office national de l'énergie. L'Office réglemente 104 compagnies pipelinières qui exploitent plus de 45 000 kilomètres de pipelines, un réseau assez long pour faire le tour de la Terre.

La quatrième édition annuelle de Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2004 [PDF 1825 ko] fait état du rendement 2000-2004, aux chapitres de la sécurité, de l'intégrité et de l'environnement, des pipelines réglementés par l'ONÉ. Une telle analyse est inusitée car les organisations choisissent rarement de se comparer entre elles, mais permet à l'ONÉ, avec d'autres moyens, de documenter et diffuser les résultats et de signaler les pratiques exemplaires. À partir de données obtenues auprès de compagnies exploitant 94 % des pipelines réglementés par l'ONÉ, on a dégagé dans le rapport d'importantes constatations, dont :

  • Pour la septième année consécutive, aucun accident mortel n'a eu lieu près des pipelines réglementés par l'ONÉ.
  • En 2004, pour la deuxième année consécutive, on n'a signalé aucune rupture de pipeline.
  • Travailler près d'un pipeline est de plus en plus sûr. La fréquence des blessures subies par les entrepreneurs a diminué de plus de moitié l'an dernier.
  • Aucun déversement de liquide ou de gaz n'a eu lieu sur les pipelines réglementés par l'ONÉ au cours des deux dernières années. Les déversements sont causés par une rupture ou un trou dans le corps de la canalisation.

Protéger notre main-d'oeuvre

L'an dernier, plus de 3 000 personnes ont participé à la construction, à l'entretien et à l'exploitation des pipelines réglementés par l'ONÉ. Pour la septième année consécutive, aucun d'eux n'a perdu la vie. En ce qui concerne la sécurité, « rien de neuf » est toujours la meilleure nouvelle.

En 2004, 23 ouvriers ont signalé avoir été blessés, ce qui représente 0,7 accident par 200 000 heures travaillées, une réduction depuis 2003, où l'on avait enregistré une blessure par 200 000 heures travaillées. Cela étant dit, les entrepreneurs subissent près de deux fois plus de blessures que les employés des compagnies. L'an dernier, 11 entrepreneurs ont été blessés, ce qui représente environ 1,4 blessure par 200 000 heures travaillées. Bien qu'il s'agisse d'une diminution de 50 % depuis 2003, l'ONÉ admet qu'une amélioration s'impose.

En juin 2005, l'Office a rassemblé les parties prenantes pour discuter de l'écart entre le nombre de blessures subies par les employés des compagnies et les entrepreneurs. Entre autres facteurs qui compliquent la gestion de la sécurité des entrepreneurs, on y a soulevé la difficulté de dispenser de la formation aux employés en raison du fort roulement de la main-d'oeuvre, la fatigue causée par les délais de construction serrés et l'isolement des chantiers. Cette discussion avait pour but de promouvoir un environnement plus sûr pour tous.

Protéger l'environnement

Protéger l'environnement est au coeur des buts et du mandat de l'Office. L'an dernier, deux litres par kilomètre ont fui des pipelines transportant des liquides. Les fuites touchent généralement, lors de leur exploitation normale, les composantes du pipeline, comme les vannes et les réservoirs de stockage, plutôt que le corps de la canalisation. En général, les fuites sont de petites quantités, soit quelques litres, et seulement 5 des 39 fuites signalées étaient supérieures à 1 500 litres.

Pour la seconde année consécutive, aucun déversement n'a eu lieu sur les pipelines réglementés par l'ONÉ. Les déversements sont causés par un trou ou une fissure dans le corps du pipeline et sont relativement rares : on estime qu'ils ont lieu une fois par 20 000 km de pipeline transportant des liquides, et ils sont encore plus rares sur les pipelines transportant du gaz.

Veiller à nos intérêts

Les compagnies pipelinières sont dans l'obligation de se doter de programmes de gestion de l'intégrité. Ces programmes regroupent les outils, les technologies et les actions nécessaires au maintien de la sécurité des pipelines. En d'autres mots, les programmes de gestion de l'intégrité permettent aux compagnies pipelinières d'anticiper et de prévenir les défaillances.

Pour la seconde année consécutive, aucune rupture n'a endommagé un pipeline réglementé par l'ONÉ. Une rupture est une défaillance du confinement qui nuit au fonctionnement du pipeline. Une rupture peut donc causer une catastrophe, comme une explosion, un incendie ou la mort. Le raffinement et la nature proactive des programmes de gestion de l'intégrité ont permis de mettre fin à une tendance moyenne de 2,5 ruptures par année qui s'était maintenue de 1991 à 2002.

Comment nous améliorer

L'Office national de l'énergie cherche toujours à se dépasser afin de mieux exécuter son mandat. Ainsi, nous avons cerné les secteurs du présent rapport susceptibles d'être améliorés. Voici les éléments qui pourraient être ajoutés au prochain rapport :

  • l'harmonisation des rapports des agences et organismes, qui constituerait un grand pas vers la promotion d'un environnement de travail plus sécuritaire;
  • l'analyse des causes de blessures, en portant une attention particulière aux blessures subies par les entrepreneurs;
  • l'élaboration d'indicateurs avancés concernant la sécurité, l'intégrité et la protection de l'environnement;
  • l'analyse des coûts économiques et des incidences sur l'environnment des fuites et des déversements de gaz et de liquide.

En conclusion

Le présent rapport indique clairement que les pipelines du Canada fonctionnent bien et de façon sécuritaire et que nos chantiers et nos pipelines sont des lieux de plus en plus sûrs. Nos partenaires nous assurent que nous répondons à leurs besoins. Ensemble, nous continuerons d'améliorer la sécurité près de nos pipelines pour ceux et celles qui les construisent et les font fonctionner, pour les collectivités traversées par un pipeline et pour notre environnement.

Date de modification :