ARCHIVÉ - Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2006

Cette page Web a été archivée dans le Web

L’information dont il est indiqué qu’elle est archivée est fournie à des fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Elle n’est pas assujettie aux normes Web du gouvernement du Canada et elle n’a pas été modifiée ou mise à jour depuis son archivage. Pour obtenir cette information dans un autre format, veuillez communiquer avec nous.

Fiche de renseignements

7 juillet 2008

Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2006

La majorité de la population canadienne reconnaît que l'énergie est essentielle à la vie de tous les jours. Toutefois, peu se préoccupent du vaste réseau de pipelines qui s'étend sur des milliers de kilomètres sous leurs pieds. Ces pipelines transportent les produits énergétiques, comme le gaz naturel, l'huile de chauffage et l'essence, dont nous avons besoin jusque dans nos foyers et nos quartiers. Sans eux, nous ne pourrions pas profiter du niveau de vie auquel nous nous sommes habitués. L'Office national de l'énergie a pour rôle de promouvoir la sécurité et la sûreté des pipelines et l'intégrité de l'environnement.

L'Office national de l'énergie réglemente 104 sociétés exploitant près de 45 000 kilomètres de pipelines, assez pour faire le tour de la planète. Au cours de 2006, ces pipelines ont acheminé l'équivalent de 110 milliards de dollars de produits pétroliers partout en Amérique du Nord. Cela se passe le plus souvent en toute sécurité, sans danger pour les Canadiens et leurs communautés ou leurs terrains. En 2006, aucun accident mortel ni aucune rupture ne sont survenus sur les pipelines réglementés par l'ONÉ et bien que le nombre de fuites de liquides ait augmenté, le volume total de produits pétroliers liquides déversés dans l'environnement était presque 14 fois moindre que la moyenne sur six ans. En fait, il n'y a eu que 37 incidents de non-conformité aux règlements de l'ONÉ de signalés en 2006, ce qui est inférieur à la moyenne sur six ans.

Augmentation du taux d'accidents de travail

Durant la même période, on a noté une forte augmentation du nombre d'hommes et de femmes travaillant sur les pipelines réglementés par l'ONÉ, qui ont été blessés au travail. En effet, le taux de blessures subies au travail est subitement passé de 0,7 par groupe de 100 travailleurs à temps plein en 2005 à 1,5 en 2006. De plus, pour la première fois depuis la publication de ce rapport annuel en 2000, les employés permanents à temps plein sont tout aussi susceptibles de subir une blessure au travail que les employés contractuels.

Le personnel de l'Office national de l'énergie a relevé un nombre de causes potentielles de cette augmentation soudaine, soit :

  • le taux de roulement élevé des travailleurs dans l'industrie pipelinière en pleine effervescence;
  • le manque de formation ou la formation inadéquate;
  • la fatigue attribuable aux délais de construction serrés;
  • la fatigue causée par des problèmes de ressources;
  • l'âge des travailleurs;
  • le manque d'expérience.

Ce que nous pouvons faire pour améliorer les choses

Alors que l'industrie pipelinière se prépare pour une autre saison de construction intensive, le présent rapport attire notre attention sur la nécessité de redoubler de vigilance pour assurer que les programmes de sécurité élaborés et déjà mis en oeuvre dans l'industrie se traduisent par une réduction du nombre de blessures et un milieu de travail plus sûr. Parmi les activités entreprises par l'ONÉ en vue de promouvoir la sécurité et la protection de l'environnement, on peut citer :

  • le partenariat avec d'autres organismes de réglementation en vue de rehausser la compréhension et la prise de conscience des aspects de l'industrie pipelinière associés à la sécurité et à l'environnement;
  • la participation active, en collaboration avec l'industrie, dans des domaines tels que le développement de nouvelles normes et la recherche en matière de pipelines;
  • la prise du rôle de leadership dans le développement de sujets pour des conférences telles que la Conférence internationale sur les pipelines et l'atelier de Banff sur les pipelines;
  • les vérifications, les enquêtes et les inspections;
  • la participation à des initiatives telles que la Canadian Common Ground Alliance (alliance canadienne pour un terrain d'entente) visant à accroître la sensibilisation et à promouvoir des pratiques exemplaires en matière d'excavation et de construction à proximité des pipelines.

Une des façons dont l'Office national de l'énergie assure la sécurité des pipelines consiste à les inspecter à toutes les étapes de leur cycle de vie, soit de leur construction à la cessation de leur exploitation éventuelle et pendant toute leur durée de vie utile. Cependant, il est impossible pour les inspecteurs de l'Office d'être sur place continuellement. Par conséquent, l'Office met en pratique une démarche axée sur le cycle de vie et fondée sur le risque pour définir les zones de risque ou de haute priorité et s'y concentrer. Cette stratégie permet à son personnel de mettre à profit ce qu'il sait d'une société et de ses pratiques pour décider si et quand des activités de vérification de la conformité sont nécessaires.

L'Office utilise les données provenant de ce rapport pour analyser les indicateurs de rendement. Ces derniers servent à repérer les tendances au sein l'industrie et à permettre à l'Office d'élaborer et de prioriser ses plans de vérification de la conformité de l'exploitation, notamment en vue d'affecter ses ressources de vérification de la conformité là où elles seront les plus utiles.

Le secteur pipelinier, une industrie stable

Tout en étant fier de sa feuille de route en matière de sécurité, l'Office national de l'énergie prend très au sérieux les blessures subies par les travailleurs dans l'industrie pipelinière. Selon les statistiques publiées par Ressources humaines et Développement social Canada, le bilan de sécurité du secteur pipelinier est l'un des meilleurs de toutes les industries réglementées par le gouvernement fédéral. En 2005, les employés du secteur de la radiodiffusion et les entrepreneurs de la poste étaient plus susceptibles de se blesser au travail que les ouvriers pipeliniers. En fait, seul le secteur bancaire affichait un nombre d'accidents moindre en 2005.

Les pipelines sont la méthode la plus sécuritaire pour le transport de l'énergie d'un côté à l'autre du pays. Bien que l'Office national de l'énergie compte collaborer avec les sociétés qu'il réglemente pour améliorer la sécurité des travailleurs, le présent rapport, intitulé Gros plan sur la sécurité et l'environnement - Analyse comparative du rendement des pipelines 2000-2006, montre que les pipelines canadiens fonctionnent bien et de manière sécuritaire.

Date de modification :