Questiont et réponses - Les ressources gazières non classiques de la formation schisteuse du mississippien-dévonien dans le bassin de la Liard de la Colombie Britannique, des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon

Qui a produit ce rapport?

Cette étude est le fruit d’une collaboration de l’Office, du ministère de la Mise en valeur des ressources gazières de la Colombie-Britannique, de la British Columbia Oil and Gas Commission, de la Yukon Geological Survey et de la Commission géologique des Territoires du Nord-Ouest.

Qu’est-ce que le bassin de la Liard et où est-il situé?

Le bassin de la Liard est une vaste dépression géographique à cheval sur les limites territoriales de la Colombie-Britannique, du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest. Les sédiments s’y sont déposés il y a entre 540 millions et 65 millions d’années, et une partie de ceux‑ci s’est transformée en schiste qui a produit du gaz naturel.

Quels sont les principaux constats du rapport?

Cette étude révèle que le potentiel ultime de gaz naturel non classique commercialisable du bassin de la Liard est considérable, soit 219 billions de pieds cubes (Tpi³). Il s’agit d’une des plus abondantes ressources de gaz de schiste dans le monde et la deuxième en importance au Canada, après celle de la formation de Montney. Cette étude est précieuse pour les gouvernements du Yukon et des Territoires du Nord-Ouest, car elle est la première à estimer ces ressources de cette région situées à proximité d’un réseau de pipelines de collecte existant.

Quelle est la répartition de ces ressources entre les trois territoires?

Le gros des ressources se trouve en Colombie-Britannique (167 Tpi³) et, dans une moindre mesure, aux TNO (44 Tpi³) et au Yukon (8 Tpi³).

Que signifie « commercialisable »?

Par commercialisable il faut entendre le volume total d’hydrocarbures que l’on devrait normalement pouvoir extraire de la formation aux fins de consommation. Plus précisément, dans le cas du gaz naturel, l’estimation du volume commercialisable tient compte d’une certaine « contraction » due au fait qu’il faut éliminer les impuretés du gaz avant sa commercialisation. Même s’il est tentant de déduire qu’il est rentable d’exploiter le gaz commercialisable, aucune étude économique n’a été faite.

Qu’est-ce que du « gaz non classique »?

Le gaz non classique est du gaz très difficile à extraire de façon rentable des formations rocheuses où ils se trouvent sans recourir à des techniques de forage ou de stimulation de puits très complexes, ou de formations qui peuvent présenter d’autres obstacles d’ordre technique. Le gaz de schiste est un exemple de gaz non classique qui, pour le produire de manière rentable, exige que l’on emploie des méthodes de forage horizontal et de fracturation hydraulique en plusieurs étapes.

Qu’est-ce que le gaz de schiste?

Avec le temps - on parle de périodes géologiques -, les matières organiques provenant du plancton et/ou des plantes contenues dans le schiste ont été chauffées en s’enfouissant dans le sol et se sont décomposées. Si les températures sont demeurées assez basses, il y a production de pétrole. Par contre, si elles ont été plus élevées, il en a résulté du gaz naturel. Une partie du pétrole et du gaz se détache du schiste et forme des gisements classiques; la plus grande partie, cependant, reste emprisonnée dans le schiste.

Pourquoi n’a-t-on pas étudié les incidences environnementales éventuelles dans cette étude?

Cette étude a été réalisée dans le cadre des fonctions de surveillance des marchés de l’Office, où il évalue l’état des marchés de l’énergie au Canada pour s’assurer que les besoins énergétiques des Canadiens seront satisfaits. Une évaluation environnementale ne fait pas partie du cadre d’examen de ces activités.

Pourquoi le bassin de la Liard renferme-t-il autant de gaz naturel?

Les schistes prometteurs du bassin de la Liard sont très denses et très étendus, ce qui veut dire que le « réservoir » de gaz couvre une immense zone géographique. De plus, les schistes en question sont enfouis à de très grandes profondeurs et sont soumis à d’énormes pressions, de sorte qu’une beaucoup plus grande quantité de gaz qu’à l’habitude peut être comprimée dans le réservoir.

Où le bassin de la Liard se situe-t-il dans le contexte de l’offre et de la demande globales de gaz au Canada?

En 2014, la consommation totale de gaz naturel au Canada s’est élevée à 3,2 billions de pieds cubes (Tpi³), ce qui signifie que les ressources de gaz naturel non classique du bassin de la Liard pourraient satisfaire les besoins des Canadiens pendant 68 ans. Les données de cette étude portent les ressources restantes de gaz naturel dans des régions desservies par de grands réseaux pipeliniers à plus de 850 Tpi³, de quoi satisfaire les besoins des Canadiens pendant 267 années, si l’on prend comme base de calcul la consommation de 2014.

Qu’est-ce que cela signifie pour la production de gaz naturel au Canada?

Le rapport indique que les marchés canadiens continueront d’être bien approvisionnés en gaz naturel pendant des dizaines d’années à venir.

Qui réglemente la fracturation hydraulique?

Les forages horizontaux et la fracturation hydraulique en plusieurs étapes dans le bassin de la Liard seront soumis à la réglementation provinciale et territoriale. Veuillez communiquer avec la British Columbia Oil and Gas Commission en Colombie-Britannique ou la direction des ressources pétrolières et gazières du gouvernement du Yukon ou encore la Commission géologique des Territoires du Nord-Ouest pour en savoir davantage sur les processus réglementaires en place.

 

Date de modification :